May 23, 2018 / 2:11 PM / 7 months ago

Le parti au pouvoir en Guinée exclut une enquête sur Bolloré

CONAKRY, 23 mai (Reuters) - Le parti au pouvoir en Guinée a rejeté mercredi les appels de l’opposition demandant l’ouverture d’une enquête sur les contrats signés entre le gouvernement guinéen et l’homme d’affaires français Vincent Bolloré.

“Nous n’avons pas reçu une telle demande mais de toute façon nous ne l’aurions pas acceptée”, a déclaré Amadou Camara, chef du groupe parlementaire du Rassemblement du peuple de Guinée, le parti du président Alpha Condé.

“Nous parlons d’une mise en examen d’un citoyen français par la justice française. C’est une affaire française”, a ajouté Amadou Camara.

Des députés de l’opposition avaient réclamé au début du mois l’ouverture d’une enquête sur l’accord signé en 2011 entre le groupe Bolloré et Alpha Condé pour la reprise de la concession du terminal conteneurs du port de Conakry.

Cette concession, qui était confiée à l’entreprise française Getma International, avait été annulée en mars 2011 et cédée à Bolloré le même mois par le président Condé, élu en 2010.

L’homme d’affaires breton a été mis en examen fin avril pour corruption d’agent public étranger, complicité d’abus de confiance et complicité de faux. Il réfute toute irrégularité.

La justice française soupçonne des dirigeants de Bolloré d’avoir utilisé l’agence de communication Havas, filiale du groupe, pour favoriser l’accession au pouvoir de certains dirigeants africains en contrepartie de concessions portuaires. (Saliou Samb; Pierre Sérisier pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below