May 23, 2018 / 1:46 PM / in 4 months

Aides sociales-Le gouvernement tente d'étouffer les critiques

PARIS, 23 mai (Reuters) - Le gouvernement a tenté mercredi d’apaiser les inquiétudes croissantes sur la perspective d’une baisse des prestations sociales, dans le sillage d’un rapport de la direction du Budget et de déclarations de Bruno Le Maire sur les aides à l’emploi.

Interrogé sur ce rapport proposant de réduire les prestations sociales révélé par Le Monde, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux a expliqué que ce “document de travail” ne préjugeait pas des orientations de l’exécutif.

“C’est le rôle de l’administration” de faire “des notes” mais “c’est le politique qui prend les décisions et qui tranchera”, a-t-il déclaré lors du compte rendu du conseil des ministres.

Selon lui, “rentrer sur la question des prestations sociales par un angle strictement budgétaire n’est pas la bonne manière de procéder” et il faut mener “une réinterrogation complète de notre modèle social (que le gouvernement a) déjà engagée”.

Plus tôt dans la journée, le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin avait précisé sur BFM TV et RMC que son collègue à Bercy Bruno Le Maire avait eu “raison” en évoquant dimanche une baisse des aides sociales à l’emploi conditionnée à l’amélioration de la situation du marché du travail.

Il a ainsi cité l’exemple de la prime d’activité, dont le montant global - passé de quatre milliards d’euros en 2016 à six milliards en 2018 en lien avec la reprise économique - sera “sans doute baissé”, avec pourquoi pas des critères d’attribution “un peu plus sérieux, un peu plus efficaces, on y travaille”.

“Pour autant, on ne touchera pas les prestations sociales des gens”, a insisté Gérald Darmanin en revendiquant une “sensibilité différente” de celle du ministre de l’Economie et des Finances.

“Je pense qu’il faut faire des réformes importantes dans le domaine social, il y a évidemment des économies à faire (...) mais il ne faut pas toucher aux prestations sociales individuelles”, a-t-il expliqué.

Les propos de Bruno Le Maire ont nourri une nouvelle fois les reproches récurrents de l’opposition de gauche sur la politique économique et fiscale du gouvernement, selon elle trop déséquilibrée, et des réserves ont été émises au sein même de la majorité présidentielle.

Gérald Darmanin a donc mis l’accent sur la baisse des aides publiques aux entreprises envisagée par le gouvernement, évoquant un montant qui pourrait atteindre environ cinq milliards d’euros.

Cette réduction du soutien public aux entreprises se justifie “surtout” du fait de la reprise économique a-t-il souligné.

Elle devrait s’inscrire dans le cadre du futur projet de loi Pacte (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) notamment pour financer les mesures destinées à favoriser l’intéressement et la participation. (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below