May 18, 2018 / 6:59 AM / 5 months ago

Cas rare de défaut au niveau régional en Chine - sources

par Pei Li et Kevin Yao

PEKIN, 18 mai (Reuters) - Une entreprise contrôlée par une municipalité de la région chinoise de Mongolie intérieure n’a pu rembourser les intérêts et le principal de près de quatre milliards de yuans (532 millions d’euros) de prêts hors-bilan, ont déclaré vendredi deux sources au fait du dossier.

Ce défaut de paiement, rare en Chine, illustre les tensions croissantes qui s’exercent sur les finances régionales dans un pays où le gouvernement central a décidé depuis trois ans de sévir contre les pratiques financières les plus risquées et d’enrayer la montée de l’endettement, deux phénomènes susceptibles, selon des organismes extérieurs, de déclencher une crise bancaire.

Xilinhot Geipaishui, holding financière contrôlée par la municipalité de Xilinhot, n’a pu rembourser des prêts alloués par une vingtaine de sociétés financières publiques pour financer de grands travaux, ont précisé les deux sources, émanant de deux des sociétés en question.

La dette des régions chinoises avait augmenté de 7,5% à 16.470 milliards de yuans (2.190 milliards d’euros) fin 2017, par rapport à l’année précédente, suivant des calculs de Reuters, tout en restant dans l’objectif fixé par le gouvernement.

Les régions représentent 90% environ de la dépense publique en Chine mais ont des sources de revenus directs plus limitées que l’Etat. Ce qui explique l’explosion des financements hors-bilan qui alimentent les holdings financières régionales, constituant une véritable dette cachée qui préoccupe sérieusement le gouvernement central.

Les régions, qui ne pouvaient légalement lancer d’emprunts jusqu’en 2015, employaient ces holdings financières pour lever des fonds destinés à financer de grands projets et à appuyer leur croissance, constituant ainsi une montagne de dettes devenue une menace pour la stabilité financière.

Pékin y a mis le holà et ces holdings ne se financent plus aussi facilement. En conséquence, celles dont la trésorerie est vacillante ont du mal à assurer le service de leur dette.

La municipalité de Xilinhot s’est abstenu de tout commentaire.

“Parfois le remboursement a une ou deux semaines de retard; ce n’est pas pour nous une rupture de contrat et nous n’imposerions même pas de pénalité. Mais dans ce cas c’est différent, la municipalité affirme qu’elle ne peut pas rembourser”, a dit l’une des sources.

Des discussions entre la municipalité et ses créanciers ont eu lieu à plusieurs reprises mais elles sont pour l’instant dans l’impasse, selon les sources. Le conseil municipal veut prolonger les échéances des prêts d’une année supplémentaire car la municipalité a du mal à faire rentrer les recettes fiscales, ajoutent-elles.

“L’argument du conseil municipal est que seuls les intérêts seront payés”, a observé l’une des sources. (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Henri-Pierre André)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below