May 13, 2018 / 6:35 PM / in 7 months

LEAD 1-Italie-Le M5S et la Ligue font état de progrès dans les discussions

(.)

ROME, 13 mai (Reuters) - Le Mouvement 5 Etoiles (M5S) et la Ligue ont passé le week-end en conciliabules pour élaborer un programme commun de gouvernement et ont fait état dimanche soir d’avancées vers la désignation du futur président du Conseil italien.

“Cela a été une journée très productive”, a dit le chef de file du mouvement anti-système M5S, Luigi Di Maio, aux journalistes à l’issue de discussions à Milan avec son homologue de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini.

Di Maio et Salvini ont fait état l’un et l’autre d’avancées sur les questions de baisses d’impôt, d’une amélioration de la protection sociale et de lutte contre l’immigration clandestine.

Rien n’a filtré sur le nom du futur président du Conseil, mais à l’issue de leurs discussions, Salvini et Di Maio ont téléphoné dimanche soir au chef de l’Etat, Sergio Mattarella, pour lui dire qu’ils étaient prêts à proposer un nom sur lequel ils sont tombés d’accord, dit-on de source proche du M5S.

Di Maio a déclaré dimanche que le président du Conseil serait une figure “politique”, plutôt qu’un expert indépendant.

Ni Salvini ni Di Maio ne veulent permettre à l’autre d’accéder à la présidence du Conseil. Tous deux se sont efforcés de trouver une personnalité indépendante sans allégeance à l’un de leurs deux partis pour diriger le futur gouvernement de coalition.

Le mouvement de Luigi Di Maio et la Ligue, formation d’extrême droite, négocient depuis jeudi pour tenter de fusionner leurs programmes en vue de former un gouvernement de coalition, les élections du 4 mars n’ayant produit aucune majorité au Parlement.

Le mouvement contestataire de Di Maio est devenu le premier parti d’Italie à l’issue des élections du 4 mars, avec 32% des voix, mais la coalition de droite formée par la Ligue (17%), Forza Italia de Silvio Berlusconi et Frères d’Italie est arrivée en tête avec 37% des voix.

Le président Mattarella a rappelé samedi à Di Maio et Salvini que la Constitution lui donnait le dernier mot sur la nomination du chef du gouvernement et qu’il n’était pas obligé d’accepter leur recommandation.

Dimanche, le parti d’extrême droite Frères d’Italie a déclaré qu’il pourrait apporter son soutien au futur gouvernement au Parlement, à condition que le président du Conseil soit une figure acceptable et ne vienne pas du M5S. (Gavin Jones; Jean-Stéphane Brosse et Eric Faye pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below