April 3, 2018 / 2:30 PM / 6 months ago

LEAD 1-De La Rue va contester le choix des passeports post-Brexit

(Actualisé avec précisions, gouvernement, syndicats)

LONDRES, 3 avril (Reuters) - L’entreprise britannique De La Rue va contester la décision du gouvernement de confier à Gemalto la fabrication des passeports émis par le Royaume-Uni après sa sortie de l’Union européenne en 2019, décision jugée antipatriotique par certains responsables eurosceptiques et la presse tabloïd.

La Première ministre Theresa May a annoncé le mois dernier que le nouveau passeport britannique serait bleu - comme c’était le cas avant l’harmonisation des passeports des Etats membres de l’Union européenne en 1988 - en signe “d’indépendance et de souveraineté”.

Selon des informations de presse, le gouvernement a décidé d’en confier la fabrication à Gemalto. Le spécialiste franco-néerlandais de la sécurité numérique, qui fabrique déjà les permis de conduire britanniques, n’a ni confirmé, ni démenti avoir remporté l’appel d’offres.

Mais dans le contexte des négociations laborieuses entre Londres et l’Union européenne en vue du Brexit, la décision de Theresa May a suscité une certaine émotion en Grande-Bretagne.

Selon le Daily Mail, tabloïd eurosceptique, plus de 270.000 personnes ont déjà signé une pétition réclamant l’attribution du contrat à une entreprise britannique. Le gouvernement doit “faire passer la sécurité et le patriotisme en premier”, clame le journal.

DÉLAI SUPPLÉMENTAIRE

De La Rue, dont le contrat d’une valeur de 400 millions de livres (460 millions d’euros) prend fin en juillet 2019, est aussi passé à l’offensive en contestant le résultat de l’appel d’offres.

“Nous confirmons que nous sommes en train de prendre les premières mesures vers l’ouverture d’une procédure de recours contre la décision provisoire d’attribuer le contrat des passeports britanniques à une société franco-néerlandaise partiellement détenue par l’Etat”, a déclaré à Reuters une porte-parole de De La Rue.

Un porte-parole de Theresa May a confirmé que le ministère de l’Intérieur avait repoussé du 3 au 17 avril la date butoir pour les recours à la demande de De La Rue qui a réclamé des informations complémentaires sur le processus de décision, comme le rapportait lundi le Financial Times.

Mais, a-t-il ajouté, ce délai supplémentaire ne signifie pas que le gouvernement a changé d’avis.

“La compétition a été transparente, équitable et ouverte. Le candidat retenu est celui qui a démontré qu’il était le mieux placé pour répondre aux besoins du service des passeports”, a insisté le porte-parole.

De La Rue estime de son côté que sa proposition était “techniquement la plus sécurisée”, même si elle n’était pas forcément la moins chère.

“Il a également été suggéré que l’offre gagnante était bien inférieure à notre prix de revient, ce qui nous amène à nous demander si elle est tenable”, a encore dit la porte-parole dans sa déclaration à Reuters. (Alistair Smout Bertrand Boucey, Danielle Rouquié et Tangi Salaün pour le service français, édité par Eric Faye)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below