March 9, 2018 / 5:43 PM / 9 months ago

Bombardier mise sur l'après-vente pour atteindre son objectif

par Allison Lampert

MONTRÉAL, 9 mars (Reuters) - Bombardier, qui se prépare à faire décoller son nouvel avion d’affaires Global 7000, mise sur la vente de nouveaux équipments pour des appareils existants et sur les forfaits de maintenance pour parvenir à son objectif de croissance à deux chiffres de ses activités de service après-vente cette année.

Le groupe canadien, qui a frôlé la faillite en 2015 en raison d’une crise de liquidités, est au milieu d’un important plan de redressement sur cinq ans reposant en partie sur la livraison de cet appareil longue distance qui doit lui permettre d’accroître son chiffre d’affaires global de 25% à 20 milliards de dollars (16,23 milliards d’euros) d’ici 2020.

Mais avec une demande actuellement sans croissance pour ses autres avions et un Global 7000 en tout début de carrière, le groupe aéronautique est contraint de fonder l’essentiel de ses espoirs sur les services après-vente des appareils en activité.

Le groupe de Montréal prévoit que sa division d’avions d’affaires assurera, d’ici la fin de l’année, la maintenance de 35% des 4.700 avions en service qu’il a commercialisés au cours des dernières années, contre 25% en 2017, a déclaré Bill Molloy, vice-président en charge de l’après-vente et de la stratégie commerciale de la division avions d’affaires de Bombardier.

Cela permettra de générer une croissance à deux chiffres des revenus issus des services après-vente, qui devrait augmenter de 500 millions de dollars d’ici 2020, a-t-il dit.

Bombardier ne divulgue pas de chiffre d’affaires concernant ses activités de services après-vente, mais les revenus totaux de son activité avions d’affaires devraient atteindre 8,5 milliards de dollars en 2020, contre cinq milliards en 2017.

De nouvelles normes en matière de navigation par satellite, la demande d’équipements améliorés à bord des avions et un service internet plus rapide et d’autres usages devraient soutenir le marché de la maintenance, selon le groupe.

“En ramenant l’avion à l’usine, on peut réaliser des modifications et des mises à jour”, a-t-il noté.

Bombardier, un acteur relativement nouveau sur le segment de la maintenance déjà bien exploité par Boeing et d’autres avionneurs, a multiplié les investissements en agrandissant son réseau d’infrastructures et en proposant quelque 30 nouvelles mises à niveau dans ses centres de maintenance cette année. Le groupe est également sur le point de dévoiler une douzaine de nouveaux services, dont de nouveaux écrans de cockpit et des équipements GPS répondant aux normes européennes et américaines.

Il prévoit aussi de doubler ses capacités dans les 18 à 24 prochains mois en Floride, un emplacement stratégique qui dessert à la fois des clients des Etats-Unis et de l’Amérique latine, tout en gardant un oeil sur l’Asie, a dit Bill Molloy. (Claude Chendjou pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below