31 juillet 2017 / 12:32 / il y a 21 jours

France-Pénicaud défend les salaires des dirigeants d'entreprise

PARIS, 31 juillet (Reuters) - La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, en proie à une polémique au sujet d'une plus-value réalisée lorsqu'elle était aux commandes des ressources humaines chez Danone, a défendu lundi la rémunération des dirigeants qui "prennent des risques" et créent "de la valeur économique".

Le quotidien communiste L'Humanité a révélé jeudi dernier que la ministre avait réalisé une plus-value boursière de plus d'un million d'euros en 2013 lors de la vente de stocks options Danone alors qu'elle était directrice des ressources humaines du groupe agroalimentaire.

L'entreprise était à ce moment-là en pleine phase de restructuration, ce qui avait fait bondir le cours de l'action.

"Comme pour tout les dirigeants d'entreprise, ma rémunération, dans tous ces éléments, a été et sera déclarée, contrôlée, par toutes les instances nécessaires", a dit Muriel Pénicaud devant la commission des Affaires sociales de l'Assemblée, où elle devait rendre compte de la concertation avec les partenaires sociaux sur la réforme du Code du travail.

Pour la ministre, ce débat touche à des notions plus larges qu'une simple plus-value. "Je pense que les rémunérations des dirigeants font l'objet d'un débat de société en France (...). Comme tout débat de société, il est légitime", a-t-elle ajouté.

"Il est important de se dire que les entrepreneurs, les dirigeants, les personnes qui prennent des risques, qui vont créer de la valeur économique, et donc la possibilité d'emploi, c'est normal que, sans excès, ils gagnent de l'argent, qu'ils aient le retour de leurs investissements et de leur responsabilité."

Selon la déclaration d'intérêts publiée jeudi par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), la ministre a touché un total de 4,74 millions d'euros net de 2012 à 2014 lorsqu'elle faisait partie du groupe Danone. Le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, et son homologue de la CFDT, Laurent Berger, avaient tous deux vendredi profité de cette polémique pour relancer la question de la rémunération des dirigeants en France.

"Je trouve toujours un peu choquant les sommes qui sont en jeu", avait dit Laurent Berger sur Europe 1.

Le gouvernement a soutenu Muriel Pénicaud. (Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below