30 juillet 2017 / 12:20 / il y a 3 mois

POINT HEBDO-Wall Street-Les puces en pleine forme mais jusqu'à quand?

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK, 30 juillet (Reuters) - La Bourse se prépare à une nouvelle vague de résultats de sociétés trimestriels la semaine prochaine et en particulier de grands noms du secteur des semiconducteurs lequel, de l‘avis de certains investisseurs, pourrait bien être survalorisé.

Les investisseurs devront compulser les résultats de 40% des sociétés composant l‘indice PHLX des semiconducteurs dans le mois qui vient, telles Applied Materials, Nvidia ou encore Marvell Technology.

L‘indice est en hausse de plus de 20% depuis le début de l‘année, dopé par les gains de près de 60% de valeurs telles que Nvidia et Lam Research, lesquelles ont aussi permis à l‘indice des high techs d‘être le plus performant des 11 indices sectoriels du Standard & Poor’s 500. Seules cinq des 30 sociétés composant l‘indice des semiconducteurs accusent une baisse cette année.

Une performance globale qui s‘explique par les attentes d‘une forte croissance des bénéfices et du chiffre d‘affaires trimestriels.

On estime que ce sont les valeurs des semiconducteurs et des équipementiers afférents qui enregistreront la plus forte croissance des résultats au sein du secteur technologique, de plus de 40%, selon des données de Thomson Reuters.

“Les semis sont le poumon du secteur technologique (...) elles ont composé le panorama qui a réellement pris forme sous nos yeux au deuxième trimestre”, a dit Peter Kenny (Global Markets Advisory Group).

“Mais pourront-elles continuer ainsi et même si c‘est le cas, comme Wall Street le pense, on peut légitimement penser qu‘il y aura une survalorisation motivant une rotation à leur détriment”.

Les premières réactions de la cote dans le sillage des résultats déjà publiés laissent penser que certains investisseurs sont prêts à jeter du lest. La performance moyenne journalière des valeurs semis qui ont publié jusqu‘à mercredi a été un recul de 1,2%.

L‘indice PHLX a perdu 0,39% vendredi, sa cinquième baisse en six séances, tiré vers le bas par des sociétés telles que Cypress Semiconductor, InterDigital, MicroSemi et Intel.

“Il y a un an, j‘aurais dit qu‘il fallait être prudent; maintenant, je dirais qu‘il faut être très, très prudent”, a observé Kim Forrest (Fort Pitt Capital Group).

Le PER de l‘indice S&P des semiconducteurs et équipementiers est de 15,2, au-dessus de la moyenne de cinq ans de 14,4 mais au-dessous du PER de l‘indice S&P-500 lui-même qui approche des 18.

L‘indice de force relative à 14 jours lié à l‘indice PHLX est de 51,6, en deçà des 70 qui témoignent d‘une condition suracheteuse, ce qui laisse penser que le segment a encore du potentiel haussier.

“Les attentes sont grandes en matière de taux de croissance: on veut toujours plus et même si on tombe juste ou qu‘on fait un centime de mieux, ce n‘est plus assez bon”, note Daniel Morgan (Synovus Trust).

Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below