27 juillet 2017 / 09:13 / il y a 21 jours

Eramet veut encore réduire ses coûts dans le nickel

par Gus Trompiz

PARIS, 27 juillet (Reuters) - Eramet a fait savoir jeudi qu'il comptait réduire encore ses coûts après une nouvelle perte de sa division nickel, le groupe visant en outre des marchés moins haut de gamme grâce au gisement indonésien de Weda Bay.

Le groupe minier et métallurgique a enregistré une forte hausse de ses résultats au premier semestre 2017, tirés par le manganèse, mais la perte opérationnelle de sa branche Nickel s'est creusée - de 89 à 104 millions d'euros - dans un contexte de prix faibles liés aux nouvelles capacités de production de l'Indonésie et aux exportations des Philippines.

Les cours du nickel ont atteint 4,43 dollars la livre au premier semestre, en légère hausse mais toujours inférieurs au coût de production "cash" de la SLN, la filiale calédonienne d'Eramet, pénalisé par deux cyclones et des blocages de riverains et qui s'est établi à 5,17 dollars.

La SLN reste cependant concentrée sur son objectif de baisse du coût "cash" de production à 4,5 dollars la livre à fin 2017, Eramet précisant que le passage de 6,0 dollars la livre en 2015 à 4,5 dollars à fin 2017 "ne peut être qu'une étape" et que sa filiale "travaille déjà sur de nouvelles actions à conduire au plus tôt pour poursuivre son effort de réduction (de coût)".

Eramet revoit en outre sa stratégie en misant sur le NPI (Nickel Pig Iron), alliage de nickel à faible teneur utilisé massivement en Chine et destiné à la production d'acier, en complément de ses productions de nickel de haute qualité.

Ses premières productions de NPI viendront en 2020 du gisement de Weda Bay, pour lequel le groupe a finalisé en juin un accord avec le groupe sidérurgique chinois Tsingshan, premier producteur mondial d'aciers inoxydables.

Les ressources de ce gisement, acquis en 2006 par Eramet et dont il a cédé une part majoritaire à Tsingshan, sont estimées à plus de 9,3 millions de tonnes de nickel.

"La capacité de NPI est en train de se créer parce que l'industrie en a besoin. Je pense que c'est mieux d'y participer que de ne pas y participer parce que, de toute façon, on la subirait", a déclaré lors d'une conférence téléphonique Christel Bories, nommée PDG d'Eramet au mois de mai.

Eramet a enregistré au titre du premier semestre 2017 un résultat net part du groupe de 81 millions d'euros (contre -141 millions au premier semestre 2016), un résultat opérationnel courant de 256 millions (contre -91 millions) et un chiffre d'affaires de 1.797 millions (+31%).

"Les marchés du groupe restent globalement bien orientés sur le second semestre 2017, sans du tout pouvoir extrapoler un résultat opérationnel courant similaire à celui du premier semestre dans un contexte de cours des métaux très volatil", a souligné le groupe.

Vers 11h10, l'action Eramet perdait 1,6% à 55,88 euros.

Le communiqué :

bit.ly/2tFkNMR (Benjamin Mallet pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below