6 avril 2017 / 16:22 / il y a 4 mois

STX France-L'Etat présente un projet d'accord avec Fincantieri

PARIS, 6 avril (Reuters) - Le gouvernement français a présenté jeudi un projet d'accord pour la reprise des chantiers navals STX France de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) par l'italien Fincantieri, dont il a obtenu qu'il limite sa participation à moins de 50% du capital.

Selon ce projet, présenté par le secrétaire d'Etat à l'Industrie Christophe Sirugue, le groupe italien reprendrait environ 48% du groupe mis en vente après la faillite de sa maison mère, le sud-coréen STX Offshore & Shipbuilding.

Le groupe public militaire DCNS entrerait au capital à hauteur d'environ 12%, l'Etat français conserverait ses 33% et la fondation privée italienne CR Trieste reprendrait le reliquat.

L'accord de gouvernance, avec l'équilibre du capital, est proposé pour huit ans et le pacte d'actionnaires serait prévu pour durer 20 ans, a précisé le secrétaire d'Etat à l'Industrie devant la presse.

"Fincantieri propose un projet industriel ambitieux qui vise à renforcer les Chantiers sur leur coeur de métier des navires de croisière ainsi qu’à poursuivre la diversification, notamment dans les énergies marines", a déclaré parallèlement le ministère de l'Economie dans un communiqué.

"Ce projet comporte des engagements relatifs à la pérennité du site et de ses activités, à l’investissement, au maintien et au développement de l’emploi, à la préservation du tissu de sous-traitance, du bureau d’études et de l’ingénierie, ainsi qu’à la capacité autonome à formuler des devis", poursuit-il.

Christophe Sirugue a indiqué que DCNS serait présent au conseil de STX France, que l'Etat était toujours en discussion avec Fincantieri mais que les étapes difficiles avaient été passées.

Interrogé une éventuelle nationalisation de STX France en cas d'impossibilité à trouver un accord avec Fincantieri, Christophe Sirugue a déclaré qu'une telle solution avait " toujours été une hypothèse de travail si nous ne parvenions pas à obtenir un projet industriel à la fois solide et sécurisé".

"Aujourd'hui, la proposition qui nous est faite par Fincantieri (...) et les éléments que nous avons obtenus dans la négociation (...) sont des éléments suffisamment sécurisants pour donner un avenir aux chantiers navals", a-t-il dit. (Yann Le Guernigou, édité par Jean-Baptiste Vey)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below