5 avril 2017 / 13:25 / dans 8 mois

LEAD 1-L'ANC serre les rangs derrière Jacob Zuma

(Actualisé avec contexte)

JOHANNESBURG, 5 avril (Reuters) - Le Congrès national africain (ANC), parti au pouvoir en Afrique du Sud, a décidé mercredi de “serrer les rangs” derrière le président Jacob Zuma, cible d‘appels à la démission depuis le limogeage de son ministre des Finances.

L‘ANC a pris acte de “la rupture irrévocable dans la relation” entre Jacob Zuma et le ministre des Finances Pravin Gordhan, a expliqué Gwede Mantashe, secrétaire général de l‘ANC. C‘est cette rupture qui a justifié le limogeage, la semaine dernière, de Gordhan, ministre dont les compétences étaient respectées et saluées par les investisseurs.

Ce remaniement ministériel a accentué les tensions politiques au sein du parti au pouvoir et également provoqué l‘inquiétude sur les marchés financiers sud-africains au moment où la note souveraine de l‘Afrique du Sud a été abaissée par Standard & Poor‘s. L‘agence de notation a en partie justifié sa décision par le départ de Gordhan.

Le rand perdait 1% mercredi en milieu d‘après-midi.

Face aux critiques venant d‘organisations syndicales comme la puissante Cosatu mais également de formations alliées de l‘ANC, dont le Parti communiste, Jacob Zuma a promis mardi que la politique budgétaire resterait inchangée.

Le limogeage du ministre des Finances a également créé des remous au sein même de la direction de l‘ANC, dont le vice-président, Cyril Ramaphosa, avait estimé vendredi dernier que cette décision était “totalement inacceptable”.

Dans les faits, dit-on de sources proches de l‘ANC, le groupe des six plus hauts responsables du parti s‘est divisé à parts égales: d‘un côté, Ramaphosa et deux autres des six membres du comité directeur ont exprimé leur malaise quand Zuma, qui siège aussi dans cette instance, bénéficiait du soutien des deux derniers membres ainsi que de groupes influents de l‘ANC parmi lesquels le mouvement de jeunesse et l‘association des femmes du parti.

Les six ont finalement décidé que “leur désaccord publiquement affiché sur ce sujet était une erreur qui ne serait pas reproduite”, a rapporté Gwede Mantashe, à l‘origine sur la même ligne de Ramaphosa.

L‘opposition parlementaire a déposé une demande en vue de l‘organisation d‘un vote de défiance visant Zuma, dont le mandat court jusqu‘en 2019. Ce dernier a été plusieurs fois la cible de telles procédures mais aucune d‘entre elles n‘a jamais abouti, l‘ANC disposant d‘une large majorité au parlement.

“Aucun membre de l‘ANC ne votera cette motion de l‘opposition”, a affirmé Mantashe. (Mfuneko Toyana; Pierre Sérisier et Henri-Pierre André pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below