30 mars 2017 / 13:57 / il y a 5 mois

GRAPHES-Performance des actifs-Un premier trimestre en trompe l'oeil

* Performances des actifs en 2017 et depuis l'élection US

* reut.rs/2ne9sjH

* Evolution des taux de change depuis le début de l'année

* tmsnrt.rs/2egbfVh

* Performance des Bourses émergentes en 2017

* tmsnrt.rs/2hn5N02

* Evolution des devises émergentes en 2017

* tmsnrt.rs/2hniYya

par Jamie McGeever

LONDRES, 30 mars (Reuters) - Le goût du risque des investisseurs ne s'est pas démenti en apparence sur les trois premiers de l'année, Wall Street atteignant de nouveaux pics, la Réserve fédérale américaine relevant ses taux directeurs, les obligations spéculatives poursuivant leur hausse et la volatilité des actions américaines tombant à des plus bas d'une décennie.

Ce constat d'ensemble ne masque pourtant pas une détérioration sensible du sentiment des investisseurs illustrée par le retournement de certains marchés au cours des dernières semaines à tel point que les deux classes d'actifs qui affichent les meilleures performances depuis le début de l'année - les actions émergentes et l'or - sont parmi les plus opposés sur l'échelle des risques.

Le premier trimestre a commencé sur la lancée du précédent. Les investisseurs ont continué de se positionner sur les actifs risqués et à haut rendement au détriment des obligations classiques considérées comme plus sûres, estimant que la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine allait soutenir la croissance et les marchés.

Cet optimisme s'est émoussé. Le dollar a reculé après avoir atteint un plus haut de 14 ans en janvier pour tomber à un plus bas de quatre mois lundi. L'or a enregistré son meilleur trimestre en un an tandis que le pétrole a chuté de 12%, enregistrant son pire trimestre depuis la fin 2015.

L'évolution des valeurs financières américaines résume particulièrement bien le retournement du marché. Elles ont bondi de 30% au quatrième trimestre, portées par l'espoir que l'arrivée de Donald Trump à la maison Banche se traduirait par une réduction massive des impôts et un allègement de la réglementation bancaire.

La pentification de la courbe des taux - l'élargissement de l'écart entre les taux à court et à long terme - a aussi soutenu leur performance. Mais la courbe des rendements s'est aplatie en raison de la montée des interrogations sur la capacité de la Réserve fédérale d'accélérer sensiblement le rythme de la hausse de taux directeurs.

Les valeurs financières terminent le premier trimestre quasi-inchangées.

Certaines corrélations traditionnelles entre les classes d'actifs ont aussi été rompues depuis le début de l'année, en particulier la relation inverse entre les cours du dollar d'une part et des matières premières d'autre part, qui ont chuté de conserve au cours des dernières semaines.

Les stratèges se demandent désormais si le "Trump trade", caractérisé par la hausse des marchés actions, du dollar, des taux et des matières premières du fait des anticipations d'une accélération de la croissance et de l'inflation, ne connaît pas une fin prématurée.

Les actions américaines n'ont jamais été considérées comme aussi chères depuis 17 ans, selon une enquête réalisée par Bank of America Merrill Lynch auprès des gérants d'actifs.

"Les retards constatés dans la réforme fiscale et la stimulation budgétaire aux Etats-Unis ont conduit à une sous-performance des 'Trump trades', ce qui a plafonné les rendements et les cours des actions", ont dit les stratèges et les économistes de Citi dans une note de recherche publiée lundi.

"Nous pensons que cela peut se poursuivre... mais nous ne pensons pas qu'il s'agisse du point d'aboutissement du cycle (haussier) car les politiques monétaires continuent de jouer un rôle de soutien. Aussi, serions-nous tenter d'acheter les actifs risqués sur un repli et de vendre sur une poursuite du rallye obligataire, si cela se produit", ont-ils ajouté.

Citi, qui ne départ pas du consensus, reste surpondéré sur les actions et en cash, sous-pondéré sur l'obligataire et neutre sur le crédit et les matières premières.

Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below