30 mars 2017 / 13:02 / dans 6 mois

France-Après la CFDT, FO valide l'accord sur l'assurance chômage

PARIS, 30 mars (Reuters) - Force ouvrière a validé jeudi, après la CFDT la veille, le projet de convention d‘assurance chômage sur lequel les partenaires sociaux se sont accordés mardi, a annoncé un responsable du syndicat.

Les délégations CFDT, CFTC, FO et CFE-CGC avaient jugé le compromis “équilibré”, tout comme celles des organisations patronales Medef, CPME et U2P.

La CGT a pour sa part critiqué “un texte contre les femmes, les travailleurs précaires et les seniors !” dans un communiqué mercredi. Son négociateur Denis Gravouil a laissé entendre mardi qu‘elle ne signerait pas.

Le président du Medef, Pierre Gattaz, a salué jeudi un “bon accord”.

“On a réussi à trouver un accord qui permet, un, d‘éviter de stigmatiser ces filières (ayant recours aux contrats courts, comme par exemple l‘hôtellerie-restauration et l‘événementiel-NDLR) et deuxièmement de ne pas augmenter le coût du travail”, a-t-il dit lors d‘un entretien à Reuters.

“Les partenaires sociaux ont pris leurs responsabilités pour réduire le déficit d‘un milliard sans taxer les contrats courts, sans stigmatiser les filières qui en ont profondément besoin et sans augmenter le coût du travail”, a-t-il ajouté.

En revanche, deux organisations patronales, l‘Union des métiers et des industries de l‘hôtellerie (Umih) et le Groupement des professions de services (GPS), deux des secteurs les plus concernés par la question des contrats de très courte durée, avait déploré mercredi l‘accord conclu la veille.

“Le résultat de cette négociation stigmatise les branches ayant recours aux contrats courts d‘usage et montre que la réalité économique des entreprises CHRD (cafés, hôtels, restaurants, discothèques-NDLR), comme d‘autres entreprises de service, n‘est pas prise en compte”, écrit ainsi l‘Umih.

Pierre Gattaz a dit à Reuters comprendre la “nervosité de certaines filières composées principalement d‘entreprises de petite taille” qui “sont sur le gril depuis quelques années” en raison d‘une augmentation des taxes, des contraintes et des obligations auxquelles elles sont soumises.

Il a cependant rappelé que la question avait fait l‘objet d‘un débat et d‘un consensus au sein du Medef, qui “est une démocratie”. (Emmanuel Jarry, avec Gérard Bon, édité par Sophie Louet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below