28 mars 2017 / 02:19 / dans 6 mois

Le Brésil doit regagner la confiance des consommateurs européens-commissaire UE

RIO DE JANEIRO, 28 mars (Reuters) - Le commissaire européen chargé de la sécurité alimentaire a souligné lundi la nécessité de regagner la confiance des consommateurs européens après le scandale de la viande avariée au Brésil, lors d‘une visite à Rio de Janeiro.

Le Brésil a ordonné lundi la suspension de l‘activité de trois nouvelles usines de conditionnement de viande dans le cadre de l‘enquête pour corruption visant des géants de l‘agro-alimentaire et les autorités sanitaires, soupçonnées d‘avoir avalisé des lots de viande avariée.

Brasilia espère voir les pays consommateurs de viande brésilienne lever les interdictions d‘exportations, dans le sillage de la décision prise samedi par la Chine, l‘Egypte et le Chili.

La semaine dernière, l‘Union européenne a demandé au Brésil de suspendre volontairement toutes ses livraisons de viande aux pays de l‘UE, afin d‘éviter d‘imposer elle-même une interdiction ensuite très longue à lever, mais le gouvernement brésilien a refusé.

“Il ne s‘agit pas d‘interdictions. Il s‘agit de restaurer la confiance”, a déclaré lundi à Reuters le commissaire européen à la santé et à la sécurité alimentaire, Vytenis Andriukaitis.

“Il s‘agit de la santé des personnes. Il s‘agit de la confiance dans le commerce”, a-t-il poursuivi. “Les gens doivent avoir l‘assurance que la nourriture est sûre.”

L‘Union européenne a maintenu une interdiction partielle sur les produits issus des 21 lieux de conditionnement visés par l‘enquête ouverte le 17 mars par la police brésilienne. Ces usines sont interdites d‘exporter par les autorités brésiliennes.

Les agriculteurs européens ont réclamé des mesures plus sévères.

Lundi, le commissaire européen n‘a pas voulu préciser les mesures que pourraient prendre l‘Europe dans les prochains jours mais a assuré qu‘il discuterait mardi d‘un “système efficace de contrôles officiels” avec le ministre brésilien de l‘Agriculture Blairo Maggi.

21 USINES MISES EN CAUSE

Le Brésil a ordonné la fermeture temporaire de six des 21 lieux de conditionnement alimentaires visés par l‘enquête. Les quinze usines restantes, si elles sont interdites d‘export, peuvent continuer à produire pour le marché intérieur.

Plusieurs sociétés brésiliennes dont les géants du conditionnement de viande JBS et BRF sont soupçonnées d‘avoir corrompu les autorités sanitaires afin qu‘elles ferment les yeux sur des pratiques dangereuses pour la santé, notamment le conditionnement de viande avariée ou portant des traces de salmonelle, selon la police.

Le ministre brésilien de l‘Agriculture a dit lundi qu‘aucun produit susceptible de mettre en danger la santé des consommateurs n‘avait été mis à jour par les enquêteurs.

Le Brésil doit faire la preuve qu‘il peut reconquérir ses parts de marché après la baisse de la confiance dans ses produits déclenchée par le scandale, a-t-il reconnu.

Derrière le soja et le minerai de fer, la viande est le troisième produit d‘exportation brésilien; les ventes de bœuf, de poulet et de porc brésiliens à l‘étranger ont atteint l‘année dernière près de 13 milliards d‘euros. (Edson Ribeiro; Julie Carriat pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below