21 mars 2017 / 23:57 / il y a 5 mois

Twitter automatise la recherche des messages prônant la violence

par David Ingram

SAN FRANCISCO, 22 mars (Reuters) - Le réseau social Twitter a annoncé mardi avoir accru ses efforts pour se débarrasser des messages d'utilisateurs faisant l'apologie de la violence politique ou religieuse, grâce à un recours accru à des logiciels spécialisés.

Aux Etats-Unis et en Europe, les gouvernements font pression sur les groupes américains Twitter, Facebook et Alphabet pour qu'ils luttent plus efficacement contre tout ce qui permet la radicalisation en ligne et notamment contre les groupes islamistes qui prônent la violence.

A l'occasion de la publication de son rapport semestriel sur la transparence, Twitter a annoncé avoir suspendu plus de 377.000 comptes au second semestre 2016 pour "violations liées à la promotion du terrorisme", soit environ 63.000 fermetures par mois. A comparer à 24.000 clôtures par mois au second semestre 2015.

Sur les comptes récemment suspendus, 74% ont pu être identifiés par des "outils internes", plutôt que par les utilisateurs ou les autorités, a précisé Twitter. Les suspensions après plainte des autorités représentent moins de 2% du total. Dans son rapport l'an dernier, Twitter indiquait que les logiciels "anti-spam" n'avaient permis d'identifier qu'un tiers environ des comptes litigieux.

Pour la première fois, Twitter a noté combien de demandes elle a reçu de la part de gouvernements pour effacer les messages postés par les journalistes et la presse en général.

Au cours des six derniers mois de 2016, le groupe américain a reçu 88 requêtes judiciaires venues du monde entier lui demandant de supprimer des contenus affichés par la presse. La Turquie est de loin la plus active en la matière avec 77 demandes.

Twitter dit n'avoir rien fait en réponse à la "grande majorité" des demandes, avec des exceptions en Turquie et en Allemagnes. Twitter dit avoir contre-attaqué en justice chaque fois que c'était possible, mais qu'en Turquie, "de façon regrettable, aucune de nos objections n'a été retenue".

En Turquie, Twitter dit avoir bloqué 15 tweets et 14 comptes en réponse à des décisions de justice, par exemple des comptes qui diffusaient des images particulièrement sanglantes après des attentats.

En Allemagne, Twitter dit avoir enlevé un tweet envoyé par un magazine de football "pour violation des droits individuels d'une personne en réponse à une décision de justice".

Twitter a précisé avoir fourni copie des décisions de justice fondant le retrait des tweets à Lumen, un programme de recherche affilié à l'université d'Harvard qui recense les décisions de justice que les contenus online.

L'Allemagne a annoncé la semaine dernière un nouveau projet de loi qui imposera aux réseaux sociaux de supprimer rapidement des contenus diffamatoires ou des menaces publiées en ligne au risque sinon de devoir s'acquitter d'amendes pouvant aller jusqu'à 50 millions d'euros. (Avec Rishika Sadam à Bengalore; Danielle Rouquié pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below