21 mars 2017 / 16:51 / dans 6 mois

Athènes menace de ne pas s'associer à la déclaration de Rome-sces

BRUXELLES, 21 mars (Reuters) - La Grèce refuse en l‘état de s‘associer à la déclaration de Rome, que les Vingt-Sept doivent publier samedi à l‘occasion du 60e anniversaire du traité fondateur de la construction de l‘Union européenne, Athènes entendant ainsi protester contre les réformes qui lui sont réclamées en échange d‘une nouvelle tranche d‘aide, ont déclaré mardi des responsables.

La célébration des 60 ans du traité de Rome interviendra quatre jours avant que la Grande-Bretagne lance officiellement son processus de sortie de l‘UE, l‘objectif des 27 membres restants étant de réaffirmer leurs valeurs communes malgré ce Brexit.

Les gouvernements de la zone euro, qui figurent au nombre des créanciers de la Grèce, cherchent à obtenir la participation du Fonds monétaire international au troisième plan d‘aide accordé à Athènes et censé expirer en 2018.

Le FMI a conditionné sa participation à des réformes des retraites, de la fiscalité et du marché du travail en Grèce.

De son côté, Athènes souligne qu‘après des années d‘austérité, un nouveau train de réformes sera difficile à mettre en place.

Des responsables grecs ont assuré qu‘ils ne signeraient pas la déclaration de Rome sur les valeurs communes à l‘Europe à moins qu‘elle n‘évoque clairement la protection des droits des travailleurs.

“Ils ont réclamé un paragraphe supplémentaire reprenant la dimension sociale. Mais politiquement, ils lient leur signature aux discussions en cours avec les créanciers”, a indiqué un responsable de l‘UE proche des négociations.

D‘après un projet de déclaration, les dirigeants européens s‘engagent à oeuvrer à une UE qui promeut les progrès économiques et sociaux aussi bien que la cohésion et la convergence, en prenant en compte la diversité des modèles sociaux et le rôle essentiel des partenaires sociaux.

“(Les Grecs) assurent qu‘il est difficile pour eux de se rendre à Rome alors que l‘une des institutions non européennes exige une politique qui a des effets importants sur l‘économie grecque”, a ajouté le responsable de l‘UE.

Les négociations entre représentants du FMI et de la zone euro et responsables du gouvernement grec se poursuivent à Bruxelles pour tenter de parvenir à un compromis sur les réformes demandées à Athènes, mais un accord avant samedi paraît improbable.

Un responsable du gouvernement grec a démenti toute intention de la part d‘Athènes de bloquer la déclaration, précisant que la Grèce se contentait de suggestions dans le cadre d‘un dialogue. (Gabriela Baczynska, Alastair Macdonald, Tom Koerkemeier et Jan Strupczewski à Bruxelles et Renee Maltezou à Athènes; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below