21 mars 2017 / 10:11 / dans 6 mois

Google promet de mieux surveiller les vidéos sur YouTube

par Kate Holton

LONDRES, 21 mars (Reuters) - Google a promis mardi de mieux contrôler ses sites web en renforçant ses effectifs et en amendant ses conditions d‘utilisation après la polémique suscitée en Grande-Bretagne ces derniers jours par la diffusion de messages publicitaires accolés à des vidéos au contenu haineux.

Des grands groupes, allant des supermarchés aux banques en passant par des associations de consommateurs, ont retiré leurs publicités de YouTube, le site de vidéos en ligne de Google, après avoir constaté que leurs publicités se retrouvaient accolées à des vidéos contenant des messages homophobes ou antisémites.

Après avoir apporté des excuses lundi, Alphabet, la maison mère de Google, a dit mardi avoir revu ses conditions d‘utilisation pour donner aux annonceurs plus de contrôle.

Le groupe américain, qui avait dit dans un premier temps être incapable de contrôler les 400 heures de vidéos diffusées chaque minute sur YouTube, s‘est finalement résolu à embaucher davantage de personnel et à accélérer la procédure de suppression des messages publicitaires accolés aux contenus haineux.

“Nous pensons que ces nouvelles conditions d‘utilisation ajoutées aux nouveaux contrôles renforceront considérablement notre capacité à aider les annonceurs à atteindre une large audience, tout en respectant leurs valeurs”, a déclaré dans un blog Philipp Schindler, directeur commercial de Google.

La Grande-Bretagne est le premier marché de Google en dehors des Etats-Unis. En 2016, elle a représenté un chiffre d‘affaires de 7,8 milliards de dollars (7,3 milliards d‘euros), principalement généré par la publicité, soit presque 9% du chiffre d‘affaires global du géant américain.

Outre des marques britanniques comme Marks & Spencer , Sainsbury’s ou HSBC, quelques uns des plus grands groupes de publicité mondiaux responsables de l‘achat d‘espaces pour leurs clients ont indiqué avoir engagé un réexamen de leurs modes de collaboration avec Google.

Google a dit que l‘équipe de YouTube cherchait à modifier ses directives actuelles sur le contenu qui devrait être autorisé sur sa plate-forme et donner plus de visibilité aux annonceurs et aux agences afin qu‘ils puissent voir où leurs publicités apparaissent.

“Nous allons embaucher un nombre important de personnes et développer de nouveaux outils grâce à nos dernières avancées dans l‘intelligence artificielle et l‘apprentissage automatique afin d‘augmenter notre capacité à détecter des contenus douteux pour la publicité”, a déclaré Philipp Schindler.

Lorsque des messages publicitaires seront à côté de vidéos extrémistes, YouTube cherchera à résoudre le problème en moins de quelques heures, a-t-il expliqué.

Les géants de l‘internet bénéficient d‘une position dominante dans la publicité en ligne grâce à l‘audience énorme dont ils disposent et à leur capacité à proposer aux internautes des publicités ciblées.

Les analystes estiment toutefois les éditeurs de médias traditionnels tels que les journaux et les radios pourraient tirer profit de cette nouvelle polémique en mettant en avant leurs services comme étant fiables et plus sécurisés. (Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below