21 mars 2017 / 12:26 / il y a 5 mois

France-Meilleur cru depuis 10 ans pour l'investissement étranger

* Meilleure année depuis 10 ans pour les investissements étrangers

* L'emploi reste structurellement stable

* L'Allemagne passe devant les Etats-Unis

PARIS, 20 mars (Reuters) - Le nombre d'investissements étrangers a progressé de 16% l'an dernier en France, faisant de 2016 la meilleure année en ce domaine depuis dix ans, selon un bilan publié mardi par Business France.

L'agence, notamment chargée de la promotion de la destination France auprès des décideurs étrangers, a recensé en 2016 un total de 1.117 décisions d'investissement - soit 21 en moyenne par semaine - contre 962 décisions l'année précédente.

Ces investissements ont permis de créer ou de maintenir 30.108 emplois, un chiffre en repli de 11% par rapport aux 33.682 de l'année précédente.

En termes d'emploi, le bilan des investissements étrangers en France reste cependant "relativement stable en structurel", a souligné la directrice générale de Business France Muriel Pénicaud lors d'un point de presse, en rappelant que 2015 avait été marquée par deux importantes opérations de reprise (Arc International et Actissia, France Loisirs), qui avaient contribué à hauteur d'environ 7.000 au nombre d'emplois sauvegardés.

Selon Muriel Pénicaud, "30.000 emplois maintenus ou sauvegardés en direct, ce qui fait à peu près le double en indirect, ça ne sauve pas la France du chômage mais ça sauve une ville chaque année."

Sur le millier de décisions d'investissement enregistrées en 2016, plus de la moitié (51%), soit 569 projets (+20% par rapport à 2015) correspondent à de nouvelles implantations, avec 11.520 emplois à la clé.

L'ALLEMAGNE VIRE EN TÊTE

Les extensions de sites existants ont de leur côté progressé de 15% pour atteindre 452 au total et 12.391 emplois induits, note Business France, qui a également dénombré 96 opérations de reprise, pour un total de 6.197 emplois sauvés.

Les activités de production (matérielle ou immatérielle) et de logistique restent le champ privilégié pour les investissements des entreprises étrangères : elles ont concentré 31% des investissements et 50% des emplois.

La France est "depuis une quinzaine d'années le premier pays d'attraction des investissements industriels étrangers en Europe", a souligné Muriel Pénicaud.

La directrice générale de Business France a également relevé que l'attractivité de la France portait notamment sur des investissements à valeur ajoutée et les fonctions stratégiques, mettant en avant la progression de 32% des décisions d'investissement dans les projets de recherche et développement et ingénierie (115 projets).

Le nombre de décisions d'investissement en France dans des quartiers généraux à l'échelle mondiale ou européenne a lui aussi progressé, passant de 27 en 2015 à 36 l'an dernier.

Sur le plan de l'origine géographique des investissements, l'année 2016 a été marquée par un changement de hiérarchie, l'Allemagne (17% des projets, en hausse de 35%) passant pour la première fois devant les Etats-Unis (16%). Suivent l'Italie (13% des projets, en hausse de 68%), le Royaume-Uni (8%) et le Japon (6%).

Pour Muriel Pénicaud, ces bonnes orientations devraient se confirmer en 2017, Business France ayant d'ores et déjà dans son "portefeuille de discussions plus de projets que l'année dernière à la même date".

Cette "très bonne" tendance de fond pourrait cependant être remise en cause en fonction des résultats de l'élection présidentielle, a-t-elle souligné en évoquant sans la nommer la candidate du Front national, Marine Le Pen.

"Si on ne ferme pas les frontières, la tendance est bonne", a-t-elle relevé.

Elle a par ailleurs précisé que dans la mesure où une décision d'investissement se prend en moyenne en 18 mois, ces chiffres n'intègrent pas encore d'"effet Brexit".

Les deux décisions les plus emblématiques de l'année dernière sont l'investissement de 200 millions d'euros du groupe américain de logistique Fedex pour l'extension de sa plate-forme de Roissy-Charles-de-Gaulle (Val-d'Oise) et l'opération d'acquisition-extension de la marque de café Carte noire par le groupe italien Lavazza, pour 700 millions d'euros.

Le rapport de Business France: bit.ly/2moA3hM (Myriam Rivet, édité par Sophie Louet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below