14 mars 2017 / 16:19 / dans 8 mois

Services-La France bien placée mais doit défendre sa place-étude

PARIS, 14 mars (Reuters) - La France occupe une position de choix dans un “palmarès des grands pays de services” rendu public mardi par le Groupement des professionnels de services (GPS), qui souligne cependant qu‘elle prend du retard depuis plusieurs années en termes de création de richesse et d‘emplois dans ce secteur.

Pour établir la première édition de ce classement, le GPS s‘est fondé sur des données fournies par l‘OCDE et les instituts nationaux de la statistique allemand, américain, britannique, espagnol, français et italien.

L‘analyse de ce groupement, qui réunit 28 fédérations et une vingtaine d‘entreprises du secteur des services dont Accor , Edenred ou encore Veolia, place la France en deuxième position du classement du poids des services dans la valeur ajoutée totale générée par le secteur privé derrière le Royaume-Uni (avec respectivement 60% et 62%).

Lorsque les services financiers sont exclus du champ, la France se classe première (57,9%) juste devant le Royaume-Uni (57,7%), tandis que les Etats-Unis (56%) complètent le podium.

Pour autant, depuis 2010, la croissance de l‘emploi dans les services marchands est beaucoup moins dynamique en France qu‘au Royaume-Uni ou en Allemagne et l‘écart se creuse d‘année en année.

“En France, si on avait eu la même dynamique de création depuis 2013, on aurait créé entre 250.000 et 400.000 emplois supplémentaires”, a déclaré à Reuters Christelle Martin, déléguée générale du GPS.

A titre de comparaison, le secteur privé a créé 187.200 emplois l‘an dernier en France, avec un total de 222.900 créations nettes dans le tertiaire (intérim compris), selon les données publiées la semaine dernière par l‘Insee.

Le GPS estime que les deux tiers des créations d‘emploi dans le tertiaire sont imputables aux entreprises de services, à proprement parler.

Selon l‘analyse du GPS, la France est également à la traîne par rapport au Royaume-Uni en termes de croissance du chiffre d‘affaires dans les services marchands depuis 2010, même si elle évolue sur une tendance comparable à celle de l‘Allemagne.

Autre indicateur inquiétant : la balance commerciale, qui, selon Christelle Martin, “dégringole depuis 2012, même si elle reste excédentaire” et elle est passée de près de 25 milliards d‘euros en 2012 à un milliard en 2016.

Pour la représentante du GPS, il faut donc “redonner aux services la place qu‘ils méritent dans la politique économique, alors qu‘on a trop souvent tendance à opposer industrie et services, ce qui est une erreur.” (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below