7 mars 2017 / 11:26 / il y a 8 mois

SALON-Les défis technologiques relèguent PSA-Opel au second plan

par Agnieszka Flak et Andreas Cremer

GENEVE, 7 mars (Reuters) - Le secteur automobile est confronté à de tels défis technologiques, entre véhicules électriques, conduite autonome et voitures partagées, que l‘annonce de grandes manoeuvres, telles que le rachat d‘Opel/Vauxhall par PSA Peugeot Citroën, passe au second plan au Salon international de l‘automobile de Genève.

Le constructeur automobile français a annoncé lundi qu‘il allait racheter Opel/Vauxhall, la filiale européenne déficitaire de General Motors, pour 2,2 milliards d‘euros, créant le numéro deux européen de l‘automobile derrière Volkswagen et alimentant les spéculations d‘une poursuite de la consolidation du secteur.

Réunis à Genève, les dirigeants de plusieurs groupes ont cependant noté que ce rapprochement n‘allait pas à lui seul bouleverser la donne, ajoutant que la concurrence accrue en provenance aussi bien de la Silicon Valley que de la Chine ainsi que les nouvelles habitudes des consommateurs allaient avoir un impact autrement plus important.

“Nous sommes vraiment dans une phase de transition pour l‘industrie. De nouveaux concurrents pointent à l‘horizon, tels Tesla ou des entreprises chinoises”, a dit à des journalistes Herbert Diess, patron de la marque Volkswagen.

“A mon avis, l‘industrie dans son ensemble et le positionnement des marques vont changer au cours des 10, 15 prochaines années, une évolution qui vient se rajouter à la traditionnelle consolidation du secteur”, a-t-il ajouté, soulignant ne pas s‘attendre à une multiplication d‘opérations de type Opel.

Volkswagen a annoncé en novembre son intention d‘investir des milliards d‘euros dans des véhicules électriques, la conduite autonome et d‘autres nouveaux services de mobilité, le groupe espérant notamment par là améliorer sa rentabilité et tourner le dos au scandale des émissions de ses véhicules diesel.

Le constructeur profite ainsi du Salon de Genève pour présenter une voiture entièrement autonome appelée Sedric.

BOUFFÉE D‘AIR FRAIS EN MATIÈRE DE PRIX

Karl Schlicht, chargé des ventes européennes chez Toyota , a également minimisé l‘impact du rapprochement entre PSA et Opel, deux marques qui ont beaucoup misé sur le diesel et sur des véhicules pour flottes, à faibles marges.

“Nous avons mené une contre-stratégie en Europe, qui peut apparaître comme n‘ayant pas vraiment réussi au cours de ces dernières années parce que nos volumes ont quelque peu baissé mais qui, par rapport à là où nous voulons aller, s‘avère finalement être une bonne stratégie”, a-t-il dit, en référence à l‘accent mis par le constructeur japonais sur les modèles hybrides.

Toyota prévoit une augmentation de 5% de ses ventes en Europe cette année, à 975.000 véhicules, à la faveur du succès commercial de ses modèles hybrides, ce qui devrait lui permettre de maintenir sa part de marché à 5% dans la région, a déclaré de son côté Johan van Zyl, directeur de Toyota Europe.

Certains analystes pensent que le nouvel ensemble PSA-Opel pourrait diminuer les pressions sur les prix qui handicapent l‘ensemble du secteur si Carlos Tavares, le président du directoire du constructeur français, a recours aux mêmes méthodes pour redresser Opel que celles qu‘il a utilisées pour PSA.

Depuis qu‘il est arrivé aux commandes de PSA il y a trois ans, les trois marques du groupe - Peugeot, Citroën et DS - ont pu, par rapport à leurs concurrents directs, augmenter leurs prix de manière significative et ce parfois au détriment des ventes.

S‘il parvient au même résultat chez Opel, l‘une des marques européennes qui se montrent les plus agressives en termes de prix, l‘ensemble des constructeurs de masse dans la région pourront quelque peu respirer.

Stefan Bratzel, analyste au Center of Automotive Management, a noté que le principal défi de l‘ensemble PSA-Opel était sa capacité à améliorer sa rentabilité.

“Ce n‘est pas forcément le plus gros qui survit. Ce n‘est pas parce qu‘on est gros qu‘on a gagné la partie”, a-t-il dit. (Avec la contribution de Laurence Frost, Costas Pias et Edward Taylor, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below