7 mars 2017 / 07:16 / il y a 5 mois

Allemagne/Indicateurs-Le nombre de chômeurs recule plus que prévu

BERLIN/FRANCFORT, 31 mars (Reuters) - Principaux indicateurs économiques allemands publiés depuis le début du mois :

* BAISSE DU NOMBRE DE CHÔMEURS À 2,556 MILLIONS EN MARS

31 mars - Le nombre de chômeurs a baissé nettement plus que prévu en mars pour s'établir à 2,556 millions, selon des données officielles publiées vendredi suggérant que la bonne tenue du marché du travail va continuer à être l'un des piliers de la croissance économique du pays.

L'Office fédéral du travail a précisé que le nombre de demandeurs d'emplois, corrigé des variations saisonnières (CVS), a diminué de 30.000 alors que les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé un recul limité à 10.000.

Le taux de chômage de son côté est passé de 5,9% à 5,8%, un nouveau plus bas depuis la réunification du pays de 1990

"Le marché du travail reste porteur. Le nombre de chômeurs a reculé de manière significative en ce début de printemps et la croissance de l'emploi se poursuit à un rythme soutenu", a noté Detlef Scheele, le président de l'Office fédéral du travail.

Tableau

* LES VENTES AU DÉTAIL AUGMENTENT PLUS QUE PRÉVU EN FÉVRIER

31 mars - Les ventes au détail ont augmenté nettement plus que prévu d'un mois sur l'autre en février mais elles ont accusé une baisse surprise sur un an, selon des données publiées vendredi par l'Office fédéral de la statistique qui dressent un tableau contrasté de l'état de la consommation.

Les ventes au détail, un indicateur réputé pour sa volatilité et souvent sujet à des révisions, ont affiché un bond de 1,8% par rapport à janvier alors que les économistes interrogés par Reuters anticipaient une hausse de 0,7%.

Le recul de janvier par rapport à décembre a de son côté été révisé à 1,0% contre -0,8% en première estimation.

Par rapport à février 2016, les ventes au détail ont en revanche reculé de 2,1%, contre un consensus d'une hausse de 0,3% et +2,7% en janvier (chiffre révisé en hausse).

Dans un contexte d'un taux de chômage au plus bas depuis la réunification du pays, d'une hausse des salaires réels et d'un loyer de l'argent très faible, la consommation des ménages est devenue l'un des principaux moteurs de croissance de l'économie allemande, qui a longtemps été surtout dépendante de ses exportations.

Les données relatives aux ventes au détail viennent après un indice GfK de sentiment du consommateur qui a subi un recul surprise à l'approche du mois d'avril. (voir plus bas)

Tableau

* INFLATION PLUS FAIBLE QUE PRÉVU EN MARS

30 mars - L'inflation mesurée par les prix de détail a décéléré plus que prévu en mars, ce qui ne plaide pas pour un dénouement de la politique monétaire ultra-accommodante de la Banque centrale européenne (BCE).

Les prix de détail harmonisés aux normes européennes ont augmenté de 1,5% annuellement, après un pic de quatre ans et demi de 2,2% en février, a annoncé l'Office fédéral de la statistique jeudi.

C'est le premier ralentissement de l'inflation annuelle depuis près d'un an. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient une inflation de 1,9%.

Sur une base non harmonisée, l'inflation annuelle a également ralenti, à 1,6% contre 2,2% en février.

Les prix alimentaires et énergétiques sont une nouvelle fois les moteurs de l'inflation mais leur hausse a été moins marquée qu'en février, au vu des composantes de la statistique non harmonisée.

Les responsables de la BCE estiment que la hausse de l'inflation du début de l'année doit se confirmer sur le moyen terme avant d'envisager un changement de cap d'une politique monétaire qui a adopté les taux négatifs et passe par un massif programme de rachats d'actifs de 2.300 milliards d'euros.

LEAD 1:

* HAUSSE INATTENDUE DE L'INDICE IFO DU CLIMAT DES AFFAIRES

27 mars - Le climat des affaires a enregistré en mars une amélioration inattendue, montre lundi l'enquête mensuelle de l'institut Ifo.

Cet indicateur, calculé à partir d'un échantillon de quelque 7.000 entreprises, est ressorti à 112,3 contre 111,1 en février (révisé de 111,0), son niveau le plus élevé depuis juillet 2011.

Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un chiffre à 111,0.

"La croissance de l'économie allemande s'accélère", souligne le président de l'institut Ifo, Clemens Fuest, dans un communiqué.

La hausse a été stimulée par l'amélioration de la confiance dans les secteurs de l'industrie, de la construction et du commerce de détail, tandis que le climat des affaires dans le commerce de gros s'est détérioré.

Le sous-indice mesurant les conditions actuelles a également progressé à 119,3 contre 118,4 en février et 118,3 attendu, tout comme celui sur les anticipations à six mois, à 105,7 contre 104,0 le mois dernier et 104,3 attendu.

Développé Tableau

* LE SENTIMENT DU CONSOMMATEUR À UN CREUX DE CINQ MOIS

23 mars - Le moral des ménages a subi une détérioration inattendue à l'approche du mois d'avril, tombant à son plus bas niveau en cinq mois, montre l'enquête mensuelle de l'institut GfK publiée jeudi, un recul qui s'explique notamment par les craintes des consommateurs de voir la hausse de l'inflation entamer leur pouvoir d'achat.

L'indice de confiance de l'institut basé à Nuremberg, calculé à partir d'une enquête auprès d'un échantillon d'environ 2.000 personnes, a reculé à 9,8 alors que les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé en moyenne un niveau stable à 10.

GfK précise que deux des trois composantes de son indice avaient augmenté, celle mesurant les attentes des consommateurs, passé de 9,7 à 18,1, et celle relative à leur propension à acheter, qui gagne 3,9 points, à 55,5.

En revanche, le sous-indice mesurant les anticipations de revenus des ménages a reculé pour le deuxième mois de suite, revenant à 43,4.

"Une hausse de l'inflation en Allemagne, qui s'est traduit par une inquiétude accrue concernant le pouvoir d'achat, a de toute évidence empêché une reprise complète du sentiment du consommateur", note observe Rolf Bürkl, analyste chez GfK, cité dans un communiqué.

Sur un an, l'inflation a été de 2,2% en février, soit son niveau le plus élevé depuis août 2012, en raison surtout de la hausse du prix de l'énergie et de celui des aliments.

Relevant une chute de 10% des cours du brut au cours des 15 premiers jours de mars, GfK voit cependant l'inflation repasser sous la barre des 2% au cours des prochains mois.

* HAUSSE DE 0,2% DES PRIX À LA PRODUCTION EN FÉVRIER

20 mars - Les prix à la production ont augmenté moins que prévu en février, montrent les données publiées lundi par l'Office fédéral de la statistique Destatis.

Ces prix ont progressé de 0,2% d'un mois sur l'autre alors que les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne une croissance de 0,3%.

Sur un an, ils sont en hausse de 3,1% contre un consensus prédisant une progression de 3,2%.

En janvier, la hausse des prix était ressortie à 0,7% sur un mois et à 2,4% sur un an.

Tableau

* L'INDICE ZEW AUGMENTE MOINS QUE PRÉVU EN MARS

14 mars - Le moral des investisseurs s'est redressé en mars, mais moins que prévu, montre l'enquête mensuelle publiée mardi par l'institut ZEW alors que les élections à venir en Europe continuent de faire peser des incertitudes sur les perspectives de croissance.

L'indice ZEW est remonté à 12,8 après avoir reculé à 10,4 le mois dernier. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient un rebond un peu plus prononcé à 13,1.

Le sous-indice des conditions actuelles est lui aussi remonté un peu moins fortement que prévu, à 77,3 contre 76,4 le mois dernier et 78,0 attendu par les économistes.

"En ce qui concerne la situation économique en Allemagne, aucune conclusion claire ne peut être tirée des plus récents indicateurs économiques pour janvier 2017", a commenté Achim Wambach, président de l'institut basé à Mannheim.

"Les risques politiques émanant des élections à venir dans un certain nombre de pays européens maintiennent l'incertitude autour de l'économie allemande à un niveau relativement élevé", a-t-il ajouté.

Les partis hostiles à l'Union européenne pourraient réaliser de bons scores aux élections aux Pays-Bas, mercredi, et en France en avril-mai.

* INFLATION CONFIRMÉE À +0,7% D'UN MOIS SUR L'AUTRE

14 mars - Les prix à la consommation, mesurés en normes européennes, ont bien augmenté de 0,7% sur un mois en février et de 2,2% sur un an, a annoncé mardi l'Office fédéral de la statistique, confirmant ainsi ses premières estimations.

Il s'agit du niveau d'inflation annuelle le plus élevé depuis août 2012 et c'est la première fois depuis septembre 2012 que la hausse des prix à la consommation sur un an est supérieure à l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE) d'une inflation légèrement en-deçà de 2% pour l'ensemble de la zone euro.

En normes nationales, l'inflation a été de 0,6% sur un mois et de 2,2% sur un an, des chiffres également conformes aux premières estimations.

Tableau

* EXCÉDENT COMMERCIAL SUPÉRIEUR AUX ATTENTES

10 mars - Les exportations ont progressé de 2,7% en janvier en données corrigées des variations saisonnières (CVS) et les importations ont augmenté de 3,0% au cours de la même période, selon des données publiées vendredi par l'Office fédéral de la statistique.

Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient pour janvier à une hausse de 1,85% pour les exportations et à une progression de 0,5% pour les importations.

L'excédent commercial est ainsi ressorti à 18,5 milliards d'euros en données CVS contre 18,3 milliards (révisé) en décembre, un chiffre supérieur au consensus qui le donnait à 18 milliards.

Non corrigées des variations saisonnières, les exportations ont augmenté de 11,8% sur un an et les importations ont progressé d 11,7% au cours de la même période.

L'excédent courant de la première économie européenne a subi une baisse inattendue en janvier, revenant à 12,8 milliards après 24,8 milliards (chiffre révisé) en décembre.

Tableau

* LA PRODUCTION INDUSTRIELLE AUGMENTE PLUS QUE PRÉVU

8 mars - La production industrielle a augmenté plus que prévu en janvier, selon des données officielles mercredi, qui suggèrent que la première économie européenne a bien commencé l'année 2017 et qui tranchent avec les deux précédentes statistiques, qui s'étaient révélées inférieures aux attentes.

Le ministère de l'Economie a précisé que cette production avait progressé de 2,8% d'un mois sur l'autre en janvier contre un consensus Reuters d'une hausse de 2,5%.

En outre, le recul du mois de décembre a été ramené à 2,4% contre une première estimation de -3,0%.

"Dans son ensemble, la production industrielle a bien commencé l'année 2017", souligne le ministère, notant que la progression du mois de janvier est supérieure à la hausse moyenne du quatrième trimestre 2016.

La seule production manufacturière a bondi de 3,7%, sa hausse la plus marquée depuis août 2016. Dans la construction, la production a en revanche baissé de 1,3% et, dans l'énergie, le recul est de 0,7%.

Tableau

* CHUTE DES COMMANDES À L'INDUSTRIE EN JANVIER

7 mars - Les commandes à l'industrie ont accusé en janvier leur plus forte baisse depuis huit ans après leur bond du mois précédent, selon des données publiées mardi par le ministère de l'Economie.

Elles ont plongé de 7,4% sur le mois, un recul sans précédent depuis janvier 2009 et trois fois plus important que prévu, les économistes tablant en moyenne sur une baisse de 2,5%.

Le ministère a expliqué ce coup de frein par la forte demande observée au quatrième trimestre et ajouté s'attendre à un rebond des commandes à l'industrie dans le courant de l'année. En décembre, les commandes avaient augmenté de 5,2%, leur plus forte progression mensuelle depuis juillet 2014.

Les commandes intérieures ont chuté de 10,5% en janvier et celles en provenance de l'étranger ont décliné de 4,9%, avec une demande des pays de la zone euro en baisse de 7,8%.

Tableau

* RECUL DE 0,8% DES VENTES AU DÉTAIL EN JANVIER

3 mars - Les ventes au détail ont baissé de manière inattendue d'un mois sur l'autre en janvier, a annoncé l'Office fédéral de la statistique vendredi.

Les ventes au détail ont affiché un repli de 0,8% alors que les économistes interrogés par Reuters anticipaient une hausse de 0,2%.

Par rapport à janvier 2016, elles ont augmenté de 2,3%.

Les données mensuelles sont ajustées des effets saisonniers et calendaires.

Tableau

* BAISSE DU NOMBRE DE CHÔMEURS À 2,592 MILLIONS EN FÉVRIER

1er mars - Le nombre de chômeurs a baissé nettement plus que prévu en février pour s'établir à 2,592 millions, selon les données publiées mercredi par l'Office fédéral du travail.

Le nombre de demandeurs d'emplois, corrigé des variations saisonnières (CVS), a ainsi diminué de 14.000 alors que les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé un recul limité à 10.000.

Le taux de chômage est passé de son côté est resté inchangé à 5,9%, toujours au plus bas depuis la réunification de 1990.

Tableau (Service économique)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below