3 mars 2017 / 10:37 / il y a 5 mois

Zone euro/Indicateurs-Stabilité du sentiment économique en mars

FRANCFORT/LONDRES/BRUXELLES, 30 mars (Reuters) - Principaux indicateurs macroéconomiques de la zone euro publiés depuis le début du mois:

* STABILITE INATTENDUE DU SENTIMENT ÉCONOMIQUE EN MARS

30 mars - Le sentiment économique est resté quasiment stable en mars, alors que les économistes tablaient sur une légère progression, dans un contexte de hausse des anticipations d'inflation, montrent les chiffres publiés jeudi par la Commission européenne.

L'indice du sentiment économique est ressorti à 107,9 ce mois-ci, après 108,0 en février, un niveau nettement supérieur à sa moyenne de long terme de 100. Les économistes tablaient en moyenne sur une hausse à 108,3.

La Commission précise que l'indice du climat des affaires, qui suit les évolutions du cycle des affaires, est resté stable à 0,82, comme en février, mais inférieur aux attentes du marché qui étaient à 0,86. L'indice du climat reste néanmoins à son plus niveau depuis juin 2011

La stabilité du sentiment économique résulte d'un côté d'un moindre optimisme dans l'industrie et dans les services et, de l'autre, d'une amélioration du sentiment des ménages, poursuit-elle.

Le sentiment est passé de 1,3 en février à 1,2 ce mois-ci dans l'industrie et de 13,9 à 12,7 dans les services. Le sentiment des ménages est remonté à -5,0 contre -6,2 en février.

Tableau

* CROISSANCE DE 2,3% EN FÉVRIER DU CRÉDIT AUX MÉNAGES

27 mars - La hausse du crédit bancaire aux ménages s'est accélérée comme prévu en février, atteignant son rythme le plus soutenu depuis décembre 2010, tandis que la croissance de la masse monétaire a ralenti, selon des données publiées lundi par la Banque centrale européenne (BCE).

La croissance du crédit aux ménages a été de 2,3% le mois dernier contre +2,2% en janvier, une évolution qui suggère de la politique de relance de la banque centrale commence à porter ses fruits.

La hausse du crédit aux entreprises est revenue à 2,0%, un creux depuis juin, contre +2,3% en janvier et décembre, niveau qui avait représenté un pic depuis 2009.

La croissance annuelle de l'agrégat monétaire M3, qui mesure la monnaie en circulation dans la zone euro et a souvent par le passé constitué un indicateur économique avancé, a été de 4,7% en février, en retrait par rapport au rythme de 4,9% du mois de janvier et inférieur au consensus, également de +4,9%.

* L'EXCÉDENT COURANT AU PLUS BAS D'UN AN EN JANVIER

22 mars - L'excédent des comptes courants a reculé en janvier à son plus bas niveau depuis un an, conséquence d'une baisse des exportations et d'une hausse des transferts de paiements hors de la zone, selon des données publiées mercredi par la Banque centrale européenne.

La zone euro a dégagé un excédent courant de 24,1 milliards d'euros sur le premier mois de l'année, après ajustement des effets saisonniers et autres effets calendaires. Ce montant, le plus faible depuis janvier 2016, se compare à un surplus de 30,8 milliards d'euros en décembre.

* SOLDE COMMERCIAL NÉGATIF EN JANVIER

17 mars - La zone euro a enregistré en janvier un déficit commercial pour la première fois en trois ans, les importations ayant davantage augmenté que les exportations, montrent des statistiques publiées vendredi par Eurostat.

Le déficit de la balance commerciale des 19 pays utilisant la monnaie unique s'est établi à 0,6 milliard d'euros.

C'est le premier déficit non corrigé des variations saisonnières pour le bloc monétaire depuis janvier 2014. Toutefois, les déficits en janvier n'ont rien d'exceptionnel: l'hiver entraîne une forte demande d'énergie et les exportations d'autres produits tels que les aliments et les boissons ralentissent.

Les exportations, en données brutes, ont progressé de 13% par rapport à janvier 2016, à 163,9 milliards d'euros, tandis que les importations ont enregistré une hausse de 17%, à 164,5 milliards, précise Eurostat.

Comparées à décembre, les exportations corrigées des variations saisonnières ont reculé de 0,6% en janvier et les importations ont avancé de 4,1%.

Sur l'ensemble de l'année 2016, les exportations de la zone euro vers le reste du monde ont été stables à environ 2.000 milliards d'euros, précise Eurostat. Les importations, elles, ont baissé de 2%, tandis que les échanges entre les pays de la zone euro ont augmenté de 1% à 1.700 milliards d'euros.

Tableau

* L'INFLATION À UN PIC DE QUATRE ANS EN FÉVRIER

16 mars - Les prix à la consommation ont bien augmenté de 2,0% en février en variation annuelle, l'inflation atteignant ainsi un pic de quatre ans et accélérant par rapport à la hausse de 1,8% de janvier, montre la statistique définitive publiée jeudi par Eurostat.

D'un mois sur l'autre, les prix à la consommation dans les 19 pays de la zone euro ont augmenté de 0,4% après avoir baissé de 0,8%, une donnée conforme aux anticipations des économistes interrogés par Reuters.

L'inflation est ainsi une nouvelle fois conforme à l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE) d'une hausse annuelle des prix à la consommation légèrement en-deçà de 2%.

Les prix de l'énergie ont bondi de 9,3% en taux annuel et celui des prix des produits alimentaires, de l'alcool et du tabac de 2,5%, précise Eurostat.

En excluant les éléments volatils que sont l'énergie et les produits alimentaires non-transformés, l'inflation "core", qui sert de base pour les décisions de politique monétaire de la BCE, l'inflation a été confirmée à 0,9% en février sur un an.

Tableau

* LA PRODUCTION INDUSTRIELLE A AUGMENTÉ DE 0,9% SUR UN MOIS

14 mars - La production industrielle a augmenté moins que prévu en janvier, l'effet de la hausse des investissements des entreprises dans des biens d'équipements ayant été partiellement annulé par une baisse de la fabrication de biens de consommation, montrent des chiffres officiels publiés mardi.

Eurostat a précisé que cette production industrielle avait augmenté de 0,9% sur un mois en janvier et de 0,6% sur un an.

Les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé en moyenne des hausses de respectivement 1,3% et 0,9%.

Les données moins bonnes que prévu de janvier sont en partie compensées par une révision à la hausse des chiffres de décembre. Sur un mois la baisse de la production n'a finalement été que de 1,2% contre -1,6% en estimation initiale. Et sur un an, la hausse est désormais calculée à 2,5% contre 2,0% précédemment.

La production des biens d'équipement a bondi de 2,8% en janvier après avoir plongé dans les mêmes proportions le mois précédent.

Mais la production des biens durables, qui avait bondi de 3% en décembre, a reculé de 0,4%. Et celle des biens non-durables s'est repliée de 0,7% après déjà -0,2% en décembre.

Tableau

* LA CONSOMMATION DES MÉNAGES A TIRÉ LA CROISSANCE AU T4

7 mars - La croissance économique a été confirmée à 0,4% sur les trois derniers mois de l'année, une hausse du produit intérieur brut (PIB) qui a été tirée par la consommation des ménages et un rebond des investissements, selon des données publiées mardi par Eurostat.

Sur un an, la hausse du PIB a été confirmée à 1,7%.

La consommation des ménages a représenté une contribution positive de 0,2 point de pourcentage et l'investissement a apporté 0,1 point après avoir amputé le PIB de 0,1 point de pourcentage au troisième trimestre.

L'accumulation des stocks et les dépenses publiques ont tous deux également contribué à hauteur de 0,1 point de pourcentage tandis que le commerce extérieur a pesé à hauteur de 0,1 point.

Tableau

* INDICE SENTIX EN HAUSSE À 20,7 EN MARS

6 mars - Le moral des investisseurs s'est plus amélioré que prévu en mars, atteignant son niveau le plus élévé depuis près de 10 ans, ces derniers craignant moins que les risques politiques puissent entraver la reprise économique.

L'indice Sentix le mesurant ressort à 20,7 en mars, au plus haut depuis août 2007, dépassant le consensus Reuters qui le donnait à 18,5.

"Tous les sous-indices des anticipations (...) sont en hausse et éclairent la baisse du mois dernier d'un jour nouveau", explique le consultant Sentix, qui a interrogé 1.081 investisseurs du 2 au 4 mars. "De ce fait, la menace éventuelle d'un arrêt brutal de la reprise économique n'est plus d'actualité".

L'indice était ressorti en baisse à 17,4 en février contre 18,2 en janvier, les investisseurs frémissant à l'annonce des projets économiques du président américain Donald Trump.

Le sous-indice mesurant l'évaluation de la situation par les investisseurs de la zone euro a atteint son niveau le plus élevé depuis mai 2011.

Celui suivant l'Allemagne seule a progressé à 34,1 contre 31,3 en février. Les indices des Etats-Unis et du Japon sont aussi en hausse.

* LES VENTES AU DÉTAIL EN BAISSE DE 0,1% EN JANVIER

3 mars - Les ventes au détail ont accusé une baisse surprise en janvier, reculant ainsi pour le troisième mois consécutif, selon Eurostat, qui pointe du doigt la prudence des consommateurs dans un contexte de hausse des prix.

Les ventes au détail dans les 19 pays partageant la monnaie unique ont reculé de 0,1% en janvier par rapport à décembre, a annoncé l'institut européen de la statistique.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 0,4%.

Le chiffre de décembre a été revu en baisse à -0,5% contre -0,3% précédemment annoncé.

Sur un an, le volume des ventes au détail a progressé de 1,2% an janvier, en deçà de la hausse de 1,6% anticipée par les économistes.

Ce recul des ventes au détail est le troisième d'affilée.

Ces chiffres, qui sont susceptibles d'être révisés, pourraient témoigner d'une demande plus faible des consommateurs dans la zone euro, peut-être due à la hausse des prix.

Eurostat a fait état jeudi d'une accélération de l'inflation dans la zone euro qui a atteint un pic de quatre ans. Les prix à la consommation ont augmenté de 2,0% sur un an le mois dernier, contre 1,8% en janvier, selon la première estimation.

Tableau

* INFLATION DE 2% EN FÉVRIER - PREMIÈRE ESTIMATION

2 mars - Les prix à la consommation ont atteint, comme prévu, l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE) dau mois de février, montre la première estimation publiée jeudi par Eurostat, portés surtout par la hausse du coût de l'énergie.

Les prix à la consommation dans les 19 pays ayant opté pour la monnaie unique ont augmenté de 2,0% sur un an le mois dernier, après une hausse de 1,8% constatée en janvier et de 1,1% annoncée pour décembre. Les économistes interrogés par Reuters attendaient une hausse de 2% sur un an.

La Banque centrale européenne (BCE) s'est fixé pour objectif une inflation inférieure à mais proche de 2% en rythme annuel à moyen terme et achète 60 milliards d'euros d'obligations souveraines de la zone euro chaque mois pour injecter des liquidités dans le système bancaire et relancer l'inflation.

Les prix de l'énergie ont fait un bond de 9,2% en variation annuelle selon Eurostat, tandis que les prix des produits alimentaires alcool et tabac ont augmenté de 2,5%. Dans le secteur des services, les prix ont progressé de 1,3% en février, marquant une accélération par rapport à 1,2% en janvier.

Mais en excluant les éléments volatils que sont l'énergie et les produits alimentaires non-transformés, l'inflation "core", qui sert de base pour les décisions de politique monétaire de la BCE, l'inflation s'est maintenue à 0,9% en février sur un an, ce qui suggère qu'il n'y aura pas de modification imminente du programme de rachats d'actifs de la BCE.

Tableau

* LES PRIX À LA PRODUCTION EN HAUSSE DE 0,7% EN JANVIER

2 mars - Les prix à la production ont augmenté plus que prévu en janvier, montrent les données publiées jeudi par Eurostat.

L'agence de statistique de l'Union européenne précise que les prix à la production ont progressé de 0,7% d'un mois sur l'autre, alors que les économistes interrogés par Reuters attendaient une hausse des prix de 0,6%.

Le chiffre de décembre a été revu en hausse à 0,8% contre 0,7% précédemment annoncé.

Sur un an, les prix ont augmenté de 3,5%, alors que les économistes attendaient une hausse de 3,2%.

Hors énergie, les prix à la production en janvier ont augmenté de 0,6% sur un mois et de 1,5% sur un an. Les prix de l'énergie ont été les principaux moteurs de la hausse avec des rebonds de 1,8% sur un mois et de 9,7% sur un an.

Tableau

* TAUX DE CHÔMAGE STABLE EN JANVIER À 9,6%

2 mars - Le taux de chômage est resté stable au mois de janvier, montrent les données publiées jeudi par Eurostat.

Le taux de chômage s'est établi à 9,6%, comme au mois de décembre, un chiffre conforme aux prévisions des économistes interrogés par Reuters.

Le nombre de chômeurs dans les 19 pays partageant l'euro s'est établi à 15,620 millions en janvier, contre 15,676 millions en décembre.

Pour l'ensemble des 28 pays de l'Union européenne, le taux de chômage pour janvier a légèrement reculé à 8,1%, soit 19,969 millions, contre 8,2% en décembre, soit 20,065 millions.

Tableau

Les indicateurs de la zone euro en temps réel

Les indicateurs économiques de février (Service économique)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below