2 mars 2017 / 11:09 / dans 7 mois

LEAD 1-FRANCE 2017-Macron promet un fonds de 10 mds pour financer l'innovation

(Avec précisions)

PARIS, 2 mars (Reuters) - L‘ancien ministre de l‘Economie Emmanuel Macron promet la création d‘un “fonds pour l‘industrie et l‘innovation” de 10 milliards d‘euros pour financer “l‘industrie du futur”, dans son projet présidentiel présenté jeudi.

Ce fonds s‘ajoute aux 50 milliards d‘investissement public déjà promis sur la durée du quinquennat ().

Il sera en partie abondé par la cession par l‘Etat de parts d‘entreprises dans lequel il est minoritaire mais pas seulement, a précisé lors d‘une conférence de presse le candidat d’“En Marche !” à l‘élection présidentielle.

Il a expliqué qu‘il voulait créer une fondation dans laquelle seraient placés soit le produit de cessions de titres, soit des actions aujourd‘hui détenues par l‘Agence des participations de l‘Etat, dont les dividendes contribueront également à l‘abondement du fonds.

Cette fondation aura une “gouvernance propre”, qui permettra notamment d‘utiliser une partie de ces dividendes pour financer de la recherche et développement, a-t-il ajouté.

C‘est l‘une des nouveautés du “contrat avec la nation” que le candidat d’“En Marche !” propose aux Français, six chantiers prioritaires sur lesquels il demande à être jugé en fin de quinquennat s‘il est élu : éducation et culture, promotion de la “société du travail”, modernisation de l‘économie, renforcement de la sécurité intérieure et extérieure de la France, “renouveau démocratique” et relance de l‘Europe.

Parmi les mesures proposées et déclinées dans un document de quelque 150 pages, il propose d‘inciter les entreprises à embaucher dans 200 quartiers prioritaires en leur attribuant une prime de 15.000 euros sur trois ans pour tout recrutement en contrat à durée indéterminée (CDI) dans ces quartiers.

Le candidat d’“En Marche !”, qui entend confier à l‘Etat le pilotage de l‘assurance-chômage, promet un système de bonus-malus pour limiter le recours aux contrats de travail courts.

“Les employeurs qui entretiennent la précarité en recourant exagérément aux contrats courts paieront plus de charges, ceux qui créent des emplois stables en paieront moins”, explique le document d’“En Marche !”

Cette proposition, proche de ce que demandent la CFDT et Force ouvrière (FO), ne sera pas du goût du Medef, qui peut en revanche trouver matière à satisfaction dans d‘autres mesures visant à améliorer la compétitivité des entreprises, avec de nouvelles baisses de charges, et la flexibilité du travail.

Autre nouveauté, par rapport aux propositions qu‘il a déjà égrénées ces derniers mois : Emmanuel Macron s‘engage à lancer une réforme de longue haleine des retraites pour passer à un système à points alignant secteurs privé et public, réforme qui rappelle les réflexions menées sur le sujet par la CFDT.

“Un système universel, avec des règles communes de calcul des pensions, sera progressivement mis en place”, explique “En Marche !” dans son document de synthèse. “Le fait de changer d‘activité ou de secteur sera sans effet sur les droits à la retraite. Avec un principe d‘égalité : pour chaque euro cotisé, le même droit à pension pour tous.” (Emmanuel Jarry, édité par Sophie Louet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below