2 mars 2017 / 11:44 / il y a 8 mois

LEAD 1-Le marché brésilien pèse sur le T4 d'AB InBev

* Première baisse du résultat d‘exploitation depuis 2004

* Ebitda au T4 à $5,25md, inférieur au consensus

* Relèvement des objectifs de synergies

* L‘action recule de 2,8% à Bruxelles (Avec précisions et cours de Bourse)

par Philip Blenkinsop

BRUXELLES, 2 mars (Reuters) - Anheuser-Busch InBev, le premier brasseur mondial, a publié jeudi un bénéfice en baisse au quatrième fois, pénalisé par la baisse de ses ventes de bière au Brésil, une première depuis la création du groupe en 2004.

Le propriétaire, entre autres, des marques Budweiser, Corona et Stella Artois, a souligné ses difficultés au Brésil, son deuxième plus grand marché, sous le double effet d‘un recul de ses ventes et d‘une hausse de ses coûts due à la faiblesse du real.

Le groupe, qui a racheté l‘an dernier son concurrent SABMiller pour 79 milliards de livres sterling (88 milliards d‘euros), a annoncé la première baisse de son résultat d‘exploitation de son histoire, depuis la création d‘InBev, né de la fusion du belge Interbrew et du brésilien AmBev en 2004.

Le titre AB InBev perdait plus de 2,84% à 100,90 euros, vers 11h40 GMT, plus forte baisse du Stoxx 50 en repli de 0,17% au même moment.

Les résultats du quatrième trimestre ont raté le consensus à la fois au niveau du bénéfice par action, et dans une moindre mesure, pour le bénéfice brut d‘exploitation, a commenté Andrew Holland, analyste du secteur à la Société générale.

“Nous savions tous que le Brésil allait être un cas désespéré parce qu‘ils nous avaient prévenu, mais la situation est encore plus catastrophique que nous l‘avions anticipé”, a-t-il dit.

AB InBev a reconnu que sa part de marché au Brésil s‘était réduite en 2016. Le mois dernier, Heineken a annoncé racheter les activités brésiliennes du brasseur japonais Kirin Holdings, pour devenir le deuxième producteur de bière du pays.

AB InBev, a admis que sa performance 2016 était décevante et précisé que la plupart des membres de son comité de direction ne recevraient pas de primes.

Il a également relevé le montant des synergies attendues du rachat de SABMiller, le portant à 1,75 milliard de dollars (1,66 milliards d‘euros) contre 1,4 milliard auparavant. Ce chiffre exclut le montant de 1,05 milliard de dollars que SABMiller avait annoncé avant la fusion.

Le groupe, qui fabrique plus du quart de la bière mondiale, a dit avoir déjà réalisé 829 millions d‘économies. Les quelque deux milliards restants interviendront dans les trois à quatre ans.

L‘Ebitda (bénéfice avant impôt, intérêts, dépréciation et amortissement) du quatrième trimestre a baissé de 3,6% à périmètre comparable, hors effets de changes, à 5,25 milliards de dollars, en deçà des 5,58 milliards attendus par le consensus de huit analystes interrogés par Reuters.

Hors Brésil, le brasseur a indiqué que son Ebitda aurait augmenté de 6,4%. Pour l‘ensemble de l‘année, ses ventes auraient accusé un repli de 0,1% au lieu de -1,4% annoncé.

Les ventes de bière ont également décliné en Amérique du Nord et en Europe au quatrième trimestre, mais le bénéfice d‘Ab InBev ressort néanmoins en hausse en raison des prix plus élevés de ses marques qui y sont vendues. Les bénéfices sur le marché chinois ont diminué. (Juliette Rouillon et Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below