27 février 2017 / 21:19 / dans 8 mois

LEAD 2-Wall St-Hausse timide à la veille du discours de Trump

* Gain de 0,08% pour le Dow, de 0,1% pour le S&P, de 0,28% pour le Nasdaq (Actualisé avec des précisions, éléments de change et obligataires, pétrole, or)

par Yashaswini Swamynathan et Caroline Valetkevitch

NEW YORK, 27 février (Reuters) - Wall Street a terminé la séance de lundi en très légère hausse à la veille du premier discours du président Donald Trump devant le Congrès, très attendu par les investisseurs qui se demandent de quelle manière il compte assurer la réalisation de son programme de stimulation de la croissance.

Donald Trump doit prononcer mardi soir devant le Congrès un discours dans lequel il pourrait détailler ses projets budgétaires, fiscaux et réglementaires.

L‘indice Dow Jones a gagné 15,68 points (0,08%) à 20.837,44 points. Le Standard & Poor’s 500 a pris 2,39 points (0,1%) à 2.369,73 points. Le Nasdaq Composite a avancé de 16,59 points (0,28%) à 5.861,9 points.

Le Dow a ainsi accumulé 12 records de clôture d‘affilée, une série inédite depuis 1987. En 1987, il avait réalisé un gain de 9,2% contre 3,9% seulement cette fois-ci.

Le président américain a évoqué lundi un projet de loi de Finances favorisant la Défense, avec 54 milliards de dollars de crédits supplémentaires pour le Pentagone censés être compensés par des économies dans d‘autres domaines.

Le secteur de la défense y a bien réagi: Lockheed Martin a gagné 2%, Boeing 1,1%, Raytheon 0,9% et Northrop Grumman 1,45%. L‘action Lockheed est en hausse de 12,2% depuis l‘élection de Trump le 8 novembre dernier et l‘action Boeing de 25,7%.

Donald Trump a enfin promis une “grosse” annonce sur les infrastructures, après s‘être engagé, voici quelques semaines, à faire une annonce “phénoménale” sur la fiscalité, ce qui n‘avait pas peu contribué à relancer un rally post-élection un moment interrompu et qui a permis aux indices de Wall Street d‘inscrire de nouveaux records.

Certains investisseurs ont toutefois surtout retenu des propos récents de Donald Trump et de Stephen Mnuchin, son secrétaire au Trésor, que la réforme fiscale risque d‘attendre le second semestre et que le rythme de croissance de 3% évoqué par le président pourrait n‘être atteint que fin 2018.

Ce nouvel accès de prudence s‘est traduit par des fluctuations étroites aujourd‘hui à Wall Street.

“Ca évolue du côté de Trump. On en saura plus après mardi soir, ce qui pourrait déclencher soit des achats, soit des ventes”, a dit Bucky Hellwig (BB&T Wealth Management).

Aux valeurs, le constructeur de voitures électriques Tesla a cédé 4,2%, Goldman Sachs étant passé de “neutre” à “vendre” et ayant abaissé son objectif de cours.

Tout au contraire, le laboratoire La Jolla Pharmaceutical a bondi de près de 77%, son traitement de l‘hypotension ayant réussi un important test clinique.

Time Warner finit sur un gain de 0,9% et AT&T recule de 1,3%. Le président de la Commisson fédérale des communications (FCC) des Etats-Unis ne pense pas qu‘il examinera l‘OPA de 85,4 milliards de dollars (80,7 milliards d‘euros) d‘AT&T sur Time Warner, a dit un porte-parole de l‘organisme lundi.

INACTION

L‘inaction était encore plus perceptible sur le marché des changes où le dollar a fini stable face à un panier de devises de référence.

Dans la mesure où les répercussions éventuelles de la politique de Trump ne seront sans doute pas pour tout de suite, les investisseurs se demandent si la croissance actuelle est suffisante pour justifier un relèvement des taux de la part de la Réserve fédérale.

Sur le marché des Treasuries, les rendements ont monté, dans l‘attente là aussi du discours de Trump, jugé a priori apte à motiver une hausse des taux d‘intérêt.

Le marché obligataire a aussi réagi aux propos de Robert Kaplan, le président de la Fed de Dallas, qui estime qu‘il serait prudent de relever rapidement les taux d‘intérêt, une telle décision ne devant, à son sens, en rien altérer le caractère de soutien à l‘économie de la politique monétaire de la banque centrale.

L‘emprunt à 10 ans a perdu 13/32, donnant un rendement de 2,363% contre 2,317% vendredi soir.

L‘indice boursier mondial de MSCI est stable, après son record à la hausse de jeudi. En Europe, les Bourses ont marqué le pas, la prudence avant les discours très attendus de Donald Trump puis de Janet Yellen vendredi et de mauvaises nouvelles sur le front des fusions-acquisitions ayant découragé toute velléité de hausse.

Sur le marché pétrolier, les cours ont terminé sans grand changement et en ordre dispersé lundi sur le Nymex.

Les investisseurs n‘ont jamais été aussi confiants dans la possibilité de voir les cours monter encore mais la perspective de voir la production de schistes américains augmenter refroidit les ardeurs.

L‘or est stable à 1.252,74 dollars l‘once, après avoir atteint en séance 1.263,80 dollars, au plus haut depuis le 11 novembre. Son incapacité à se maintenir au-dessus de sa moyenne de 200 jours l‘a entravé dans le courant de la journée. (Avec Karen Brettell, Sam Forgione, Sinead Carew, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below