27 février 2017 / 15:03 / il y a 6 mois

GRAPHES-L'investissement à la traîne des Bourses mondiales

* L'investissement en retard sur les indices boursiers: bit.ly/2lgjE9u

PARIS, 27 février (Reuters) - Le recul des commandes de biens durables aux Etats-Unis en début d'année après trois mois consécutifs de solide progression n'est pas de bon augure pour des Bourses mondiales à des plus hauts record et renforce les attentes sur les mesures de relance budgétaire aux Etats-Unis, sur lesquelles Donald Trump pourrait donner des précisions mardi.

Les commandes de biens durables aux Etats-Unis hors défense et aéronautique ont diminué de 0,4% en janvier après une hausse relevée à +1,1% en décembre, selon des données publiées lundi par le département du Commerce.

Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient en moyenne à une progression de 0,5%.

Les dépenses d'investissement mesurées par le niveau des commandes de biens durables hors défense et aéronautique aux Etats-Unis sont étroitement corrélées au niveau des Bourses mondiales. Si ces dernières sont actuellement à des plus hauts record, ce n'est pas le cas des premières.

Graphique : bit.ly/2lgjE9u

"Les investisseurs exigeront à un moment (...) une augmentation des dépenses d'investissement pour maintenir leur optimisme", signalaient dès la fin du mois de janvier les économistes de Bank of America Merrill Lynch.

Portées par l'amélioration de la conjoncture mondiale et les anticipations de mesures de relance budgétaire massives aux Etats-Unis, les Bourses mondiales ont connu une hausse soutenue, l'indice MSCI World affichant une progression de près de 11% entre un point bas à 402,52 le 7 novembre à la veille de l'élection présidentielle américaine et son plus haut record à 447,67 le 23 février.

Les commandes de biens durables avaient en partie rattrapé leur retard depuis le mois de novembre avec le redressement des indicateurs du climat des affaires aux Etats-Unis.

Le coup d'arrêt du mois de janvier ne fait qu'accentuer les attentes des investisseurs sur les modalités de la relance promise par Donald Trump pendant sa campagne et depuis son accession à la Maison blanche.

Le discours sur l'état de l'Union que Donald Trump prononcera mardi devant le Congrès est une "bonne occasion pour le président d'indiquer plus clairement ses priorités et ses objectifs, en particulier en matière de politique commerciale, fiscale et d'investissement public", relèvent les économistes de Barclays, qui soulignent le peu d'empressement de la nouvelle administration américaine à donner des précisions dans ces différents domaines depuis son accession au pouvoir.

Sources :

* US: distraction or policy choice ? Global Synthesis. Barclays. Global Economic Weekly. 24 février 2017.

* The Last 100 Days. The Thundering Word. Bank of America Merrill Lynch. 25 janvier 2017 (Marc Joanny, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below