27 février 2017 / 13:43 / il y a 6 mois

LEAD 1-La Poste lance à son tour une banque 100% en ligne

* Lancement d'une banque 100% mobile à l'automne 2018

* Un public large visé, y compris la clientèle "fragile"

* Le marche de la banque en ligne de plus en plus compétitif (Actualisé avec conférence de presse, contexte)

par Julien Ponthus

PARIS, 27 février (Reuters) - La Banque postale a officialisé lundi le lancement d'une banque 100% en ligne, une annonce qui intervient une semaine après celle du groupe mutualiste BPCE et alors que le secteur est en pleine ébullition, avec l'arrivée attendue d'Orange Bank et la mise en oeuvre de la loi Macron qui facilite la mobilité des clients.

"Nous avons un objectif simple c'est d'être au rendez-vous à l'automne 2018", a déclaré le président du directoire de la Banque postale lors d'une conférence de presse organisée à l'occasion des résultats 2016.

Rémy Weber a promis à cette date une "banque mobile pour tous, avec une volonté de démocratisation forte", notamment en proposant ses services à une "clientèle fragile".

Pour autant, le banquier ne veut pas se cantonner à une offre basique mais au contraire proposer l'ensemble des produits de la banque au spectre le plus large possible de la population, et même, à terme, aux entrepreneurs et aux petites entreprises.

"On a cette ambition de mettre la banque complète sur le mobile", a-t-il assuré, ajoutant que l'offre de la nouvelle banque, dont le nom n'est pas encore connu, sera commercialisée par les chargés de clientèle des bureaux de Poste.

Rémy Weber a aussi justifié la création de cette nouvelle filiale par le risque de voir des clients quitter le giron de son établissement, faute de pouvoir y trouver une offre 100% digitale.

Alors que certains acteurs ont engagé une course à la taille avec des politiques d'acquisition de clients très offensives, le patron de la Banque postale, Rémy Weber, a refusé de préciser ses ambitions en terme de part de marché ou de commenter le chiffre d'un million de clients visé pour 2025, une information du journal Les Echos.

"TOUT LE MONDE NE RÉUSSIRA PAS"

Si la banque en ligne apparaît comme un relais de croissance stratégique, elle s'apparente encore à un pari sur l'avenir en France en terme de profits et est loin d'avoir franchi le point de bascule, où sa part de marché renverserait l'hégémonie des réseaux "en dur".

Avec cette nouvelle banque 100% digitale de la Poste, tous les grands établissements bancaires français sont néanmoins désormais présents sur ce secteur très compétitif, tiré par ING Direct et Boursorama, mais dont la part de marché est estimée à moins de 10%.

"Tout le monde ne réussira pas" sur ce marché, avait prédit la semaine dernière le patron de BPCE, François Pérol, en annonçant le lancement prochain de la banque en ligne Fidor.

Certains dirigeants bancaires français expriment aussi en privé la crainte que le lancement d'Orange Bank, prévu d'ici l'été, n'entraîne une guerre de prix et un effondrement des marges similaire à celui qui a suivi l'entrée de l'opérateur Free sur le marché de la téléphonie mobile.

Cette concurrence effrénée intervient alors que l'ensemble du secteur de la banque de détail en France, a souffert en 2016 de la faiblesse historique des taux d'intérêts.

La Banque postale a ainsi vu son produit net bancaire baisser de 2,5% à 5,602 milliards d'euros, une réduction encore plus nette dans le pôle banque de détail, en repli lui de 3,2% à 5,242 milliards.

* Voir aussi :

La Poste croit en 2017 malgré les taux et la baisse du courrier (Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below