31 janvier 2017 / 15:00 / dans 10 mois

LEAD 2-La DGCCRF cible les sites de vente de billets d'avion

(Actualisé avec recours de Go Voyages)

PARIS, 31 janvier (Reuters) - Les services français de la répression des fraudes ont épinglé une vingtaine de sites internet de vente de billets d‘avion en raison de pratiques trompeuses dans l‘affichage des prix, a annoncé mardi dans un communiqué la secrétaire d‘Etat à la Consommation Martine Pinville.

Une enquête menée en 2016 par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a mis en évidence des “manquements aux règles d‘information des consommateurs dans le secteur de la vente en ligne de billets d‘avion” et ce “à des degrés plus ou moins importants (...) pour une vingtaine de sites, répartis entre des agences de voyage en ligne, et des compagnies aériennes”, précise Martine Pinville dans ce communiqué.

Sont notamment évoqués la mise en avant de prix réduits “inaccessibles à la plupart des consommateurs” car “réservés aux seuls utilisateurs de certaines cartes de paiement, très peu répandues” ou encore l‘augmentation automatique du prix à payer au moment même du paiement, sans que le consommateur n‘en soit alerté, des annonces de prix n‘incluant pas tous les frais ou encore des informations trompeuses sur les droits relatifs au remboursement des taxes d‘aéroport.

Si certains sites “ont d‘ores et déjà présenté de nouveaux modes d‘affichages satisfaisants”, les sites www.govoyages.fr du groupe Odigeo et www.travelgenio.fr, www.travelgenio.com et www.travel2be du groupe Travelgenio “n‘ont pas encore modifié leurs sites ou l‘ont fait d‘une manière qui ne levait pas les non-conformités”, est-il précisé dans le communiqué.

La société Go Voyages a donc été sanctionnée d‘une amende de 15.000 euros pour non respect d‘une injonction en date du 23 octobre 2015 tandis que Travelgenio a été enjoint de cesser ses pratiques commerciales trompeuses, a-t-on appris auprès de la DGCCRF.

Go Voyages a par la suite indiqué dans un communiqué avoir “choisi de former un recours à l‘encontre de cette décision devant le tribunal administratif de Paris”, précisant que la DGCCRF avait “rendu il y a deux ans un avis favorable concernant (son) affichage actuel, l‘estimant conforme aux règles françaises”.

Martine Pinville a demandé à la DGCCRF de “maintenir le secteur sous haute surveillance en 2017, afin de s‘assurer que les consommateurs bénéficient d‘une information tarifaire loyale, tant de la part des agences de voyage, que des compagnies aériennes et des comparateurs”, est-il précisé.

Ce service avait déjà épinglé et sanctionné les pratiques de comparateurs de vols et de plates-formes de réservation en ligne de billets d‘avion en 2014-2015. (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below