31 janvier 2017 / 10:59 / dans 10 mois

La CGT Air France appelle à la résistance face au décret Trump

PARIS, 31 janvier (Reuters) - La CGT Air France a appelé mardi à la résistance face au décret anti-immigration pris par le nouveau président américain Donald Trump, qui a interdit l‘accès du territoire américain aux ressortissants de sept pays musulmans.

Cette décision controversée, qui a poussé Barack Obama lundi à sortir de son silence, a créé une onde de choc et semé le confusion dans de nombreux aéroports dans le monde.

“Les salariés doivent indiquer à leur direction qu‘ils ne souhaitent pas traiter les vols avec cette particularité-là qui appelle à la xénophobie, à l‘ignominie”, a dit sur BFM TV le secrétaire général de la CGT Air France, Miguel Fortea.

“Les salariés ont une conscience, c‘est à travers des actes politiques, en refusant d‘appliquer le décret Trump sur le territoire français que l‘on pourra commencer à faire avancer les choses”, a-t-il ajouté.

Dans un communiqué publié samedi, Air France a indiqué avoir été conduite à ne pas embarquer, sur des vols à destination des Etats-Unis, 15 passagers ressortissants de pays listés par le décret.

La compagnie aérienne, qui a essuyé quelques critiques sur les réseaux sociaux, a expliqué ne faire “que se conformer aux règles internationales qui régissent le transport aérien, qu‘elle est tenue de respecter.”

“Air France n‘a pas d‘autre préoccupation que de protéger ses clients, y compris des conséquences éventuelles d‘une arrivée dans un pays dont l‘accès leur est interdit, et de limiter autant que possible les désagréments que leur cause la décision des autorités américaines”, a-t-elle indiqué.

“Des dispositifs ont été immédiatement mis en place afin d‘informer en amont les passagers concernés et d‘aider ceux qui le souhaitent à rejoindre leur destination de départ. Aucun d‘entre eux n‘a été laissé sans aide.”

Selon un décompte fourni samedi par le département américain de la Sécurité intérieure, 375 voyageurs ont été affectés par le décret, dont 109 étaient en transit et se sont vu refuser l‘entrée aux Etats-Unis. Quelque 173 autres ont été refoulés par les compagnies aériennes avant l‘embarquement.

Le décret a été dénoncé par de nombreuses capitales, dont Paris. Le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault a estimé qu‘une annulation de cette mesure irait dans le bon sens et le chef de l‘Etat François Hollande a mis en garde contre un “repli sur soi”. (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below