31 janvier 2017 / 05:03 / dans 10 mois

France-Recul de 8,3% des défaillances d'entreprises en 2016-Altares

PARIS, 31 janvier (Reuters) - Le nombre de défaillances d‘entreprises a diminué de 8,3% en France l‘an dernier pour s‘établir à 57.844, passant sous le seuil des 60.000 défaillances annuelles pour la première fois depuis 2009, selon des données publiées mardi par le cabinet d‘études Altares.

La tendance baissière a été particulièrement marquée au quatrième trimestre, au cours duquel 13.971 procédures ont été recensées (sauvegardes, redressements judiciaires ou liquidations judiciaires directes), soit une amélioration de 12,2% par rapport au dernier trimestre 2015.

En repassant sous la barre des 14.000 procédures, la sinistralité des entreprises a connu en fin d‘année dernière son meilleur dernier trimestre depuis fin 2007.

En 2015, Altares avait recensé un total de 63.081 défaillances.

“Cette baisse de 8,3% sur un an permet de ramener le nombre d‘emplois menacés par ces procédures collectives à 200.000 contre 260.000 en 2009”, souligne dans un communiqué Thierry Millon, directeur des études d‘Altares.

Le redressement de la conjoncture est notamment sensible dans le secteur de la construction (avec un recul de 12,7% des procédures), dans le commerce (-9,5%) - malgré une dégradation dans les activités de détail comme l‘entretien et réparation de véhicules automobiles (+5%), l‘alimentation générale (+11%), les magasins de sport (+7%), l‘habillement (+2%) ou l‘optique (+6%) - et dans l‘industrie (-8,3%).

A l‘inverse de la tendance, les défaillances s‘inscrivent en hausse de près de 4% dans l‘agriculture, précise Altares. La détérioration a été plus sensible dans l‘élevage (+8%), avec une hausse particulièrement marquée pour les vaches laitières (+30%) et surtout les porcins (+83%).

Les transports routiers de voyageurs ont également évolué dans le rouge, avec une progression de 31% des défaillances principalement alimentée par les taxis.

Altares a ainsi recensé 230 cessations de paiement en 2016 de taxis l‘an dernier, contre 175 en 2015 et 118 en 2014.

La croissance 2016, bien que poussive, “a permis de mettre 2017 sur de bons rails (...), 2017 pourrait ne pas être davantage créateur de richesses que 2016, mais le risque de sinistralité devrait naturellement diminuer”, indique Thierry Millon. (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below