20 janvier 2017 / 22:59 / il y a 7 mois

Morgan Stanley et Citi préparent des transferts après le Brexit

LONDRES/FRANCFORT, 20 janvier (Reuters) - Les banques américaines Morgan Stanley et Citigroup ont identifié la majeure partie des postes qu'ils auront à transférer hors du Royaume-Uni une fois celui-ci sorti de l'Union européenne, a-t-on appris de sources proches des réflexions en cours.

Morgan Stanley, dont la majeure partie des équipes européennes sont basées en Grande-Bretagne, devra déménager jusqu'à 1.000 postes dans les ventes, le trading, la gestion du risque, le juridique et la conformité, tout en réduisant la taille de son "back office" au profit d'autres pays, a précisé l'une des sources.

Citigroup, qui dispose déjà d'importantes activités bancaires à Dublin, devra transférer une centaine de postes dans la vente et le trading, ont dit des sources proches du dossier.

Un porte-parole de Morgan Stanley a déclaré qu'aucune décision n'avait été adoptée concernant la future sortie de la Grande-Bretagne de l'UE.

"Notre priorité est d'assurer que nous pouvons continuer de servir nos clients quelle que soit l'issue du Brexit", a-t-il dit. "A cette fin, nous continuons de réfléchir aux changements dont nous pourrions avoir besoin pour mener nos activités."

Une porte-parole de Citi s'est refusée à tout commentaire.

Morgan Stanley emploie actuellement quelque 6.000 personnes en Grande-Bretagne et profite du "passeport européen" pour servir depuis Londres ses clients dans le reste de l'UE.

La source a précisé que, la banque disposant déjà d'une licence de trading à Francfort, il était probable que la plupart des emplois transférés le soient à Francfort, en dépit des inconvénients de la ville.

"Nous n'aimons pas Francfort mais c'est le seul endroit où aller", a dit la source. "Culturellement, ce n'est pas une ville très vivante."

La source a ajouté que les autorités de régulation financière américaine devraient s'efforcer de décourager les banques américaines de transférer des activités dans des pays dont la note souveraine est basse, comme l'Irlande ou l'Espagne.

Citigroup, qui a près de 60% de ses effectifs européens basés hors de Grande-Bretagne, dispose d'un avantage relatif sur d'autres banques américaines car ses activités basées à Dublin sont déjà placées sous l'autorité de la Banque centrale européenne (BCE).

Le groupe devra néanmoins renforcer ses équipes de vente et de trading dans l'UE et demander les licences nécessaires pour poursuivre les activités concernées avec le reste de l'Europe.

"Chaque équipe est actuellement en train de discuter de l'endroit où transférer les postes, tous n'iront pas dans un seul endroit", a dit une source.

Pamela Barbaglia et Arno Schuetze, avec Anjuli Davies; Marc Angrand pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below