16 janvier 2017 / 17:12 / il y a 10 mois

Obligataire-Les volumes ont baissé en 2016 malgré l'effet Trump

LONDRES, 16 janvier (Reuters) - Les volumes de transactions sur les obligations gouvernementales européennes ont à nouveau baissé en 2016 mais leur recul a été limité par le coup de fouet donné aux échanges en novembre par l‘élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, montrent des données publiées lundi par Trax.

Les échanges sur les obligations gouvernementales européennes sont ressortis à 22.300 milliards d‘euros l‘année dernière après 23.170 milliards en 2015, soit une baisse de 3,7% comme l‘année précédente.

Le recul aurait été plus important sans le net rebond d‘activité enregistré au mois de novembre, marqué par une brusque tension sur les taux longs après l‘élection de Donald Trump du fait de ses promesses de mise en oeuvre d‘une politique de relance.

Les volumes échangés sur les obligations gouvernementales européennes ont porté sur 2.300 milliards d‘euros en novembre, un montant supérieur de 23,6% à la moyenne mensuelle de l‘année qui ressort à 1.860 milliards.

Il s‘agissait d‘un record mensuel depuis 2013, année au cours de laquelle Trax, une filiale de MarketAxess, qui assure les services post-marché pour les deux tiers environ des transactions sur les produits de taux en Europe, a commencé à collecter ces données sur les volumes échangés.

Sur les obligations d‘entreprise, les volumes ont porté sur 183,24 milliards d‘euros en novembre, soit 16,5% de plus que la moyenne mensuelle sur l‘année.

Les volumes échangés sur les marchés obligataires se sont contractés au cours des dernières années sous l‘effet de la baisse des rendements et de contraintes réglementaires qui ont poussé les banques à réduire leurs activités de tenue de marché.

Dans le courant de l‘année dernière, pas moins de 13.000 milliards de dollars d‘encours de titres obligataires dans le monde ont à un moment donné affiché un rendement négatif.

La remontée des anticipations d‘inflation à long terme et les perspectives d‘une politique de relance aux Etats-Unis, première économie mondiale, ont poussé les investisseurs à considérer que la longue phase haussière des marchés obligataires amorcée au début des années 80 était arrivée à son terme. Ce revirement a alimenté un mouvement de dégagement sur cette classe d‘actifs, entraînant une hausse des taux.

“La divergence dans les politiques des banques centrales, la volatilité de marché (sur les différentes classes d‘actifs) et la possibilité d‘une relance économique aux Etats-Unis, tout cela pourrait conduire à une accélération de l‘activité sur les marchés financiers” cette année, écrivent des analystes de Goldman Sachs dans une note publiée lundi.

Sur l‘ensemble de 2016, les volumes sur les obligations d‘entreprise ont en revanche continué à progresser pour atteindre 1.890 milliards d‘euros contre 1.730 milliards en 2015, selon Trax.

Jamie McGeever, Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below