9 janvier 2017 / 10:25 / il y a un an

UBS, M. Stanley veulent monter à 49% dans JV de titres chinoises -sces

HONG KONG, 9 janvier (Reuters) - Morgan Stanley et UBS Group sont disposées à porter à 49% leur participation dans leur coentreprise chinoise de valeurs mobilières, croient savoir des sources au fait du dossier, confirmant des informations du Wall Street Journal.

Le droit chinois les y autorise depuis 2012, dans le but de moderniser les marchés de capitaux locaux, alors qu‘auparavant ces participations étaient plafonnées au tiers.

Mais les banques étrangères n‘en ont pas profité car ces coentreprises financières sont pour la plupart, soit de petite taille, soit peinent à être rentables.

Mais la perspective de voir la Chine autoriser bientôt ces mêmes banques à devenir majoritaires dans ces coentreprises ainsi que la croissance des volumes sur les marchés boursiers primaires et secondaires sur ce marché poussent certaines d‘entre elles à envisager d‘y augmenter leurs avoirs.

Les transactions sur la place de Shanghai ont augmenté de 2,8% en 2016, tandis que les volumes des compartiments SME et ChiNext de la Bourse de Shenzhen ont augmenté de 74% et de 64% respectivement.

“Le marché de titres chinois doit croître et les banques d‘investissement étrangères songeront à y mettre plus d‘argent pour augmenter leurs revenus; c‘est un pari à long terme”, dit Benjamin Quinlan, PDG du consultant Quinlan & Associates.

C‘est ainsi que Morgan Stanley a convenu avec son associé chinois Huaxin Securities de porter de 33,3% à 49% sa participation dans leur coentreprise, ont dit deux sources, l‘une d‘elles ajoutant que l‘opération est en attente d‘autorisation des autorités de tutelle.

UBS discute pour sa part de la possibilité de porter de 25% à 49% sa participation dans la coentreprise chinoise UBS Securities, ont déclaré deux autres sources, l‘une d‘elles observant que la banque suisse compte avoir bouclé la procédure dans le courant de l‘année.

Aucun des établissements concernés n‘a souhaité faire de commentaires.

Reuters avait écrit en juin que Crédit Suisse comptait aussi porter à 49% - contre 33,3% actuellement - ses parts dans sa coentreprise de titres chinoise. (Sumeet Chatterjee et Elzio Barreto, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below