3 janvier 2017 / 10:33 / dans 9 mois

CORRECTION-Vifs débats en vue au Congrès US pour voter les choix de Trump

(Au 12e paragraphe, bien lire que McCain est républicain)

* Le nouveau Congrès des Etats-Unis se réunit mardi

* Il veut en partie abroger les réformes d‘Obama

* Notamment dans le domaine de la santé et l‘environnement

* Certains membres du nouveau gouvernement sont contestés

* Le Sénat va devoir confirmer ces nominations

par Richard Cowan

WASHINGTON, 3 janvier (Reuters) - Le nouveau Congrès américain sorti des urnes le 8 novembre dernier se réunit mardi avec au programme l‘annulation d‘une partie des réformes du démocrate Barack Obama dans le domaine de la santé, de la finance et de l‘environnement et la confirmation des personnalités parfois controversées du gouvernement Trump.

Selon un sondage Gallup publié lundi, le républicain Donald Trump prendra officiellement ses fonctions le 20 janvier avec moins de la moitié des Américains confiants dans sa capacité à gérer une crise internationale, utiliser la force militaire de façon avisée ou à empêcher un manquement à l‘éthique au sein de son administration.

Dès lundi, les grandes figures démocrates ont prévenu qu‘elles ne laisseraient pas démanteler l‘Affordable Care Act (ACA), dit aussi Obamacare, sans combattre. Cette réforme de l‘assurance santé, réforme emblématique de la présidence Obama, vise à couvrir les personnes qui n‘avaient pas d‘assurance-maladie ou à mieux rembourser ceux qui étaient mal couverts.

Obama a prévu mercredi une réunion avec les élus démocrates au Congrès avec au menu la stratégie à adopter pour contrer les attaques républicaines contre l‘Obamacare.

Nancy Pelosi, la présidente du groupe démocrate à la Chambre des représentants et Steny Hoyer, son numéro deux, ont annoncé à la presse le lancement d‘une campagne de mobilisation pour l‘Obamacare qui mettra l‘accent sur les répercussions d‘une annulation de la couverture santé pour les Américains.

“Nous allons lutter comme jamais pour protéger l‘ACA”, a déclaré Steny Hoyer.

Les républicains, dont le projet de loi en la matière n‘est pas connu, ne devraient d‘ailleurs pas totalement supprimer l‘Obamacare, comme Donald Trump l‘avait laissé entendre après un entretien avec Barack Obama peu après son élection.

“ASSÉCHER LE MARÉCAGE”

Certaines dispositions seront maintenues et d‘autres seront théoriquement supprimées mais avec effet dans deux ou trois ans.

Le futur vice-président des Etats-Unis, Mike Pence, doit réunir mercredi les élus républicains du Congrès pour faire un point sur l‘Obamacare, rapporte le site d‘information Politico.

Outre l‘abrogation de la loi santé, les républicains veulent revenir en tout ou partie sur la législation visant à limiter les gaz à effet de serre, présentés comme responsables du réchauffement climatique. Les républicains veulent aussi revenir sur les garde-fous instaurés dans le monde bancaire après la crise financière de 2008 qui a mis Wall Street à genoux.

Quant au Sénat, il va devoir voter la confirmation des personnalités, parfois controversées, choisies par Trump pour constituer le gouvernement et la haute fonction publique.

Le sénateur républicain John McCain a ainsi prévenu que Rex Tillerson, qui était PDG d‘Exxon Mobil avant d‘être choisi par le futur président comme chef de la diplomatie américaine, allait devoir s‘expliquer sur ses relations avec le président russe Vladimir Poutine, qualifié par McCain de voyou et de meurtrier.

Le futur secrétaire d‘Etat, qui a passé l‘essentiel de sa carrière au sein du géant pétrolier, est en relations d‘affaires avec la Russie. Il s‘est opposé à ce titre aux sanctions américaines infligées à la Russie quand celle-ci a pris la Crimée à l‘Ukraine pour l‘annexer.

De même, les démocrates devraient exprimer leur opposition à la nomination du très conservateur Jeff Sessions au poste d‘Attorney General (ministre de la Justice), en raison notamment de ses positions contre l‘immigration.

Trump ayant promis “d‘assécher le marécage” des intérêts particuliers à Washington, notamment en ce qui concerne l‘influence de Wall Street, les démocrates ne devraient pas manquer de contester le choix de Steven Mnuchin, gérant de fonds spéculatifs et spécialiste du capital-risque, au poste de secrétaire au Trésor.

Steven Mnuchin a passé 17 ans chez Goldman Sachs.

Les débats seront vifs, mais les républicains étant aux commandes, toutes ces nominations devraient finir par être avalisées. (Danielle Rouquié pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below