23 décembre 2016 / 11:33 / il y a 8 mois

Hausse des inégalités en termes de richesses dans la zone euro-BCE

FRANCFORT, 23 décembre (Reuters) - La concentration des richesses au sein des ménages les plus fortunés de la zone euro s'est accrue depuis la crise de la dette, même si toutes les catégories ont pâti du recul des prix de l'immobilier, selon une étude de la Banque centrale européenne publiée vendredi.

En 2014, 5% des foyers les plus riches de la zone euro possédaient 37,8% des richesses nettes, contre 37,2% en 2010, tandis que 5% des foyers les plus pauvres n'avaient que des dettes, révèle cette étude menée auprès de 84.000 foyers.

Les inégalités au sein du bloc, qui a affronté des récessions successives, se sont accrues, des pays comme l'Italie, l'Espagne, le Portugal et la Grèce étant toujours à la peine, tandis que d'autres ont retrouvé plus rapidement le chemin de la croissance.

En quatre ans, la richesse médiane d'un foyer de la zone euro a baissé de 10% pour s'établir à 104.000 euros en 2014, principalement en raison de la baisse des prix immobiliers, dit la BCE.

"La chute de la richesse nette s'explique principalement par la réduction de la valeur des actifs, en particulier de l'immobilier", explique-t-elle. "En termes de pourcentage, les différences sont supérieures pour les centiles les plus bas."

"La richesse nette du 90e centile - le ménage qui sépare les 90% des foyers les plus pauvres des 10% les plus riches- s'établit à 496.000 euros", précise la BCE. (Balazs Koranyi, Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité Benoit Van Overstraeten)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below