21 décembre 2016 / 12:45 / il y a 8 mois

LEAD 1-Les députés italiens approuvent le plan d'aide aux banques

(Actualisé avec des précisions)

par Giuseppe Fonte et Valentina Za

ROME, 21 décembre (Reuters) - La Chambre des députés italiennes a autorisé mercredi le gouvernement à emprunter jusqu'à 20 milliards d'euros pour soutenir le secteur bancaire.

La première étape pourrait être un renflouement dès cette semaine de la troisième banque italienne, Banca Monte dei Paschi di Siena, qui peine à lever des capitaux sur le marché et se trouve de ce fait menacée de faillite.

La banque toscane a jusqu'à la fin du mois pour lever cinq milliards d'euros, sous peine de risquer une liquidation pure et simple par les autorités de surveillance européennes.

Mais son augmentation de capital lancée lundi et qui court jusqu'à jeudi ne semble guère rencontrer d'écho auprès des investisseurs, tout comme son opération de conversion de dette en actions organisée la semaine dernière.

Dans un document publié mercredi sur son site internet, Monte dei Paschi dit s'attendre à épuiser ses 11 milliards d'euros de trésorerie plus rapidement qu'initialement prévu et annonce qu'Atlante, le fonds de secours bancaire italien, a posé de nouvelles conditions à sa participation au plan de sauvetage.

Si ce dernier échoue, le nouveau gouvernement présidé par Paolo Gentiloni se réunira vraisemblablement dans la semaine pour approuver par décret une recapitalisation de la banque.

Cette mesure pourrait se révéler politiquement explosive compte tenu des règles européennes qui prévoient un "bail-in" des banques, à savoir une mise à contribution de leurs actionnaires, détenteurs d'obligations et éventuellement déposants avant qu'il puisse être fait appel à l'Etat.

Le texte approuvé par le Parlement stipule que l'Etat peut emprunter des fonds pour assurer un "niveau adéquat de liquidités dans le système bancaire" et renforcer les fonds propres d'une banque en "souscrivant à l'émission d'actions nouvelles."

La faillite de Monte dei Paschi, plus ancienne banque au monde encore en activité, menacerait les économies de milliers d'Italiens et pourrait saper la confiance dans le secteur bancaire du pays, qui détient à lui seul un tiers des créances douteuses de la zone euro.

Le ministre de l'Economie Pier Carlo Padoan a assuré que les investisseurs individuels seraient protégés.

"L'impact sur les épargnants, si une intervention (du gouvernement) a lieu, sera absolument minimisé ou non existant", a-t-il déclaré à la Chambre des députés.

Monte dei Paschi a indiqué que sa position nette de trésorerie, actuellement de 10,6 milliards d'euros, risquait de devenir négative après quatre mois. Dans un précédent document diffusé dimanche, elle évoquait une trésorerie de 11 milliards d'euros qui serait négative au bout de 11 mois dans un certain nombre d'hypothèses.

Elle a aussi révélé qu'Atlante ne participerait à son éventuel sauvetage qu'à condition que la contribution de l'Etat à l'augmentation du capital ne dépasse pas le milliard d'euros et que ne soit pas appliquée la nouvelle règle du "bail-in".

A la Bourse de Milan, l'action Monte dei Paschi a perdu jusqu'à 18%, à un nouveau plus bas record, mais a ensuite réduit ses pertes après l'annonce du vote des députés. (Véronique Tison pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below