20 décembre 2016 / 07:01 / dans un an

** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

PARIS, 20 décembre (Reuters) - Après être restées stables lundi, les principales Bourses
européennes sont attendues en très légère baisse mardi à l'ouverture, malgré les gains de Wall
Street et de Tokyo, en raison des inquiétudes des investisseurs liées aux événements de Berlin,
où un camion a, selon la police, délibérément foncé sur un marché de Noël, faisant 12 morts et
48 blessés dont plusieurs sont dans un état grave. 
    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre
jusqu'à 0,06% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,13% et le FTSE à Londres 
0,14%. 
    La Bourse de Tokyo a terminé en hausse de 0,53%, encouragée par la vision plus optimiste
pour l'économie japonaise esquissée par la Banque du Japon, qui a laissée inchangée sa politique
monétaire très accommodante. 
    Cette nouvelle progression du Nikkei porte à 2,4% son avancée depuis le début de l'année,
l'indice s'acheminant ainsi vers une cinquième année de gains consécutive.
    L'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) 
recule en revanche de 0,2%, plombé par le repli des marchés actions chinois, où le goût pour le
risque a notamment pâti des nouvelles initiatives prises par les autorités chinoises pour
encadrer le secteur bancaire parallèle ou "shadow banking". 
    La veille, Wall Street a finalement terminé en faible hausse, l'attentat probable de Berlin
ayant achevé de perturber des acteurs de marché déjà inquiets des conséquences de l'assassinat
de l'ambassadeur de Russie à Ankara. 
    Sur le marché des changes, le dollar a repris sa marche en avant, progressant de 0,27% face
à un panier de devises internationales, après les déclarations faites lundi par Janet
Yellen, la présidente de la Réserve fédérale, disant notamment que le marché du travail aux
Etats-Unis n'avait jamais été aussi vigoureux qu'en 10 ans et que la croissance des salaires
semblait s'accélérer. 
    Le billet vert s'est envolé depuis la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle
du 8 novembre, gagnant notamment 11,6% face au yen sur ses promesses de relance économique.
Lundi, l'homme d'affaires a officiellement été confirmé 45e président des Etats-Unis.
 
    La bonne tenue du dollar pèse sur les cours du pétrole, en recul de 0,25% pour le Brent et
de 0,40% pour le brut léger américain (WTI), ce dernier effaçant ainsi sa légère hausse
enregistrée lundi.
    L'or noir, en hausse de plus de 40% depuis le début de l'année, pâtit aussi du traditionnel
mouvement de nettoyage de portefeuilles initié par les courtiers à l'approche du week-end de
Noël.
    
   PRINCIPAL INDICATEUR ÉCONOMIQUE À L'AGENDA DU 20 DÉCEMBRE:

 PAYS    GMT    INDICATEUR                     PÉRIODE     CONSENSUS     PRÉCÉDENT
 DE      07h00  prix à la production           novembre    +0,1%         +0,7%
                - sur un an                                -0,2%         -0,4%
 
    VALEURS À SUIVRE
    * VIVENDI a encore accentué la pression sur l'italien Mediaset MS.MI en annonçant
lundi son intention de porter sa part au capital à près de 30%, juste sous le seuil de
déclenchement d'une offre publique d'achat. Fininvest a de son côté déposé une plainte contre
Vivendi auprès de la Consob.    
    * EDF. Le contexte n'a pas permis de réaliser le projet d'augmentation de capital
d'EDF pour l'instant, a déclaré lundi son PDG, Jean-Bernard Lévy, confirmant toutefois
l'objectif du groupe de procéder à cette opération d'ici à la fin du premier trimestre 2017.
    
    * CREDIT SUISSE. Le département américain de la Justice a demandé à Credit Suisse
de payer de 5 à 7 milliards de dollars en échange de l'arrêt des poursuites relatives à la vente
de titres adossés à des créances hypothécaires avant la crise financière de 2008, a-t-on appris
d'une source informée de la proposition. Credit Suisse a refusé et continue de négocier pour
tenter d'obtenir une pénalité moins élevée, a dit une autre source. 
    * BANCA MONTE DEI PASCHI DI SIENA. Le gouvernement italien a demandé au Parlement
l'autorisation de réserver jusqu'à 20 milliards d'euros pour un éventuel renflouement de banques
en difficulté, a déclaré lundi soir le président du Conseil, Paolo Gentiloni. 
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 

 (Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below