19 décembre 2016 / 18:09 / il y a 8 mois

Weidmann (BCE) attentif aux prix du pétrole

FRANCFORT, 19 décembre (Reuters) - Les cours du pétrole pourraient se stabiliser à un niveau élevé et la hausse de l'inflation aura automatiquement pour effet de rendre la politique de la Banque centrale européenne plus accommodante, un peu comme une baisse de taux, a estimé lundi le président de la Bundesbank Jens Weidmann.

Weidmann, détracteur de longue date de la politique ultra-accommodante de la BCE, a aussi mis en garde contre les risques de surchauffe du marché immobilier dans plusieurs pays de la zone euro et reproché aux gouvernements de ne pas avoir utilisé à bon escient les taux d'intérêt bas.

Après 18 mois de chute, le Brent de mer du Nord a rebondi de près de 50% cette année et sa tendance haussière pourrait se prolonger si l'Opep met en oeuvre son accord de réduction de la production, ravivant ainsi l'inflation qui, dans la zone euro, est inférieure depuis près de quatre ans à l'objectif de la BCE.

"La politique monétaire se détendra automatiquement au cours des prochains mois, même sans action de la banque centrale : quand l'inflation augmente conformément à nos projections, le taux d'intérêt réel diminue", a fait valoir Weidmann, qui en tant que président de la Buba siège au conseil des gouverneurs de la BCE.

"Les effets sont similaires à ceux d'une baisse de taux directeurs."

La hausse des prix de l'énergie représente un nouveau défi pour la BCE car elle éloigne certes le spectre d'une déflation mais elle risque aussi de pénaliser la croissance, a-t-il ajouté.

La banque centrale, prenant acte de la fragilité de la reprise et des incertitudes politiques toujours élevées dans la zone euro, a décidé le 8 décembre de prolonger jusqu'à la fin 2017 son programme de rachat d'actifs.

"Il est essentiel que les craintes concernant la volatilité des marchés financiers ou la soutenabilité des finances publiques ne repoussent pas la sortie de la politique monétaire ultra-accommodante", a dit Jens Weidmann.

Les taux d'intérêt ultra-bas n'ont pas encore créé de bulles dans la zone euro mais il y a des risques de surchauffe du marché immobilier dans plusieurs pays, a-t-il ajouté en notant que la Finlande, l'Irlande et les Pays-Bas avaient déjà pris des mesures pour en limiter les effets. (Balazs Koranyi, Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below