17 décembre 2016 / 17:51 / il y a 8 mois

France-Regain de tension entre VTC et chauffeurs Uber

PARIS, 17 décembre (Reuters) - La tension est remontée samedi entre les conducteurs VTC et la société Uber en l'absence de négociations sur les conditions de leur coexistence sur fond de concurrence acharnée.

Les premiers se plaignent d'une concurrence déloyale de la part de la plateforme numérique d'origine américaine, qui permet de mettre en relation des conducteurs et des particuliers.

Ils ont repris samedi leurs actions de blocage de la circulation, notamment autour de l'aéroport parisien d'Orly, après avoir accepté vendredi une trêve de 24 heures pour permettre l'ouverture de discussions.

"C'était un ultimatum qui était fixé avec le gouvernement. Malheureusement, on est obligé de reprendre les opérations de blocage parce que dans ce pays, pour se faire entendre, on doit manifester", a déclaré Sélim, un chauffeur VTC, à BFMTV.

Les conducteurs de véhicules de transport avec chauffeur (VTC) accusent notamment Uber de vouloir choisir ses interlocuteurs et de refuser de discuter avec eux tant qu'ils maintiennent leur mouvement de protestation.

"Tant qu'on n'aura pas du gouvernement une date précise, une heure précise, avec les patrons de plateformes, pour discuter du secteur, on ne pourra pas lever notre mouvement", a déclaré à Reuters Sayah Baaroun, le secrétaire général du Syndicat des chauffeurs privés SCP VTC Unsa.

Le syndicat menace de poursuivre son mouvement dimanche et de l'étendre notamment à l'aéroport parisien de Roissy.

La société Uber a pour sa part annoncé qu'elle portait plainte après des incidents dont ont été victimes, notamment vendredi soir et dans la nuit, certains de ses utilisateurs, de la part de conducteurs de VTC.

Dans un communiqué, elle a également demandé au ministère de l'Intérieur la mise en place d'une protection policière.

Le secrétaire d'Etat aux Transports a renvoyé samedi les protagonistes dos-à-dos, tout en lançant un appel au calme et au dialogue.

"Alain Vidalies condamne avec la plus grande fermeté les violences inacceptables constatées cette nuit dans le cadre du mouvement de chauffeurs VTC", lit-on dans un communiqué.

"Il déplore également le non respect de la trêve décidée hier midi avec leurs représentants et leur demande de mettre fin à ce mouvement et aux blocages qui perturbent la circulation sur la voie publique", ajoute le secrétaire d'Etat.

Il demande parallèlement à Uber d'engager des discussions avec l'ensemble des organisations syndicales "dès que ces manifestations seront terminées" et annonce qu'il recevra la direction de la société en début de semaine. (Emmanuel Jarry)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below