17 décembre 2016 / 12:55 / il y a 8 mois

Dette-Tsipras estime que la Grèce a fait assez de sacrifices

BERLIN, 17 décembre (Reuters) - Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a affirmé samedi qu'il était temps que les créanciers de la Grèce comprennent que son pays avaient consenti suffisamment de sacrifices pour résoudre la crise de sa dette souveraine.

S'exprimant lors d'un congrès des partis de gauche européens à Berlin, Tsipras a déclaré qu'Athènes ne se soumettrait pas à ceux qui souhaitaient maintenir des politiques d'austérité permanentes.

"Nos créanciers doivent garder présent à l'esprit que le peuple grec a fait suffisamment de sacrifices et que le temps est venu pour eux de tenir leurs engagements", a déclaré Alexis Tsipras.

"Nous sommes déterminés à ne pas soumettre notre peuple aux 'béni-oui-oui' qui veulent enfermer la Grèce dans un corset d'austérité pour les nombreuses années à venir", a-t-il poursuivi.

"Nous avons respecté nos obligations et nos créanciers doivent faire de même. J'ai confiance dans le fait que la Grèce va atteindre ses objectifs. Mais nous n'accepterons jamais la logique d'une 'austérité éternelle' qui détruit la société grecque".

Le fonds d'aide financière de la zone euro a suspendu mercredi la mise en oeuvre des mesures à court terme d'allègement du fardeau de la dette de la Grèce après l'annonce par le gouvernement grec de son intention de distribuer une prime aux retraités en décembre.

Les ministres des Finances de la zone euro ont entériné le 5 décembre ces mesures à court terme proposées par le Mécanisme européen de stabilité (MES), qui pourraient réduire le poids de la dette grecque de jusqu'à 20 points de pourcentage du produit intérieur brut (PIB) d'ici 2060.

Trois jours plus tard, Alexis Tsipras a annoncé, sans avoir consulté les créanciers du pays, que son gouvernement verserait une prime de Noël aux retraités les plus pauvres après avoir dépassé ses objectifs d'excédent budgétaire primaire en 2016. Le coût de cette mesure s'élève à 617 millions d'euros.

De son côté, la banque centrale grecque a prévu que le PIB du pays devrait progresser de 2,5% en 2017 contre seulement 0,1% cette année.

Erik Kirschbaum; Pierre Sérisier pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below