11 décembre 2016 / 18:08 / dans 9 mois

LEAD 1-Monte Dei Paschi recherche l'accord de la dernière chance

(Actualisé avec précisions, contexte)

par Elisa Anzolin

MILAN, 11 décembre (Reuters) - Banca Monte dei Paschi di Siena (BMPS) cherche dimanche une solution pour boucler avant la fin de l‘année une augmentation de capital de cinq milliards en faisant appel au seul secteur privé.

Le conseil d‘administration de la banque italienne en difficulté s‘est réuni en urgence après le refus de la Banque central européenne (BCE) de lui accorder un délai supplémentaire de trois semaines, jusqu‘au 20 janvier, pour mettre à exécution son plan de sauvetage.

La décision de la BCE pourrait contraindre Rome à renflouer la troisième banque du pays, dans un contexte d‘instabilité politique après la démission du président du Conseil, Matteo Renzi, suite à la victoire du “non” au référendum sur son projet de réforme constitutionnelle.

Le président de la République italienne, Sergio Mattarella, a chargé dimanche Paolo Gentiloni, ministre sortant des Affaires étrangères, de tenter de former un nouveau gouvernement. Le président du Conseil désigné, est un cadre du Parti démocrate (PD), la formation de centre gauche majoritaire dans les deux chambres du Parlement.

”La solution d‘un appel au marché est la meilleure“, a déclaré le président du PD, Matteo Orfini. ”Si cela ne marche pas, il faudra stabiliser la banque dans le respect des règles de l‘Union européenne.

Une solution de dernière minute pourrait voir l‘administrateur délégué de la banque, Marco Morelli, tenter encore de lever des capitaux sur le marché en rouvrant aux investisseurs individuels une offre d‘échange d‘obligations subordonnées contre des actions, explique une source du secteur bancaire.

Une telle opération nécessiterait cependant le feu vert du régulateur financier italien, la Consob, avec laquelle des négociations sont en cours depuis vendredi, selon une source.

Parallèlement, le fonds souverain du Qatar pourrait investir un milliard d‘euros dans la banque et un consortium de banques pourrait tenter de lever des capitaux supplémentaires via une offre publique de vente d‘actions sur le marché, sans s‘engager à y souscrire.

“Il reste du temps”, a dit une source influente dans le milieu bancaire. “Le Qatar est dans le jeu et il prêt à mettre le montant dont il est question”, soit un milliard d‘euros.

Patrick Vignal pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below