7 décembre 2016 / 17:27 / dans 10 mois

Pas d'avenir indépendant pour les BFI européennes - Knight Vinke

* Elles doivent fusionner avec leurs concurrentes US et chinoises

* La taille critique est déterminante pour la rentabilité

* Des restructurations pourraient intervenir en 2017

par Anjuli Davies

LONDRES, 7 décembre (Reuters) - La société de gestion activiste Knight Vinke s‘attend à ce que les banques de financement et d‘investissement (BFI) européennes encore actives soient contraintes de fusionner avec des concurrents plus grands, chinois ou américains, si elles veulent survivre parce qu‘elles n‘ont plus la taille critique.

Eric Vinke, fondateur en 2002 de la société dont les actifs atteignent 800 millions de dollars (744 millions d‘euros), a dit que la baisse des coûts par des suppressions de postes et la réduction des risques ne constituait pas la réponse appropriée à la compression des marges liée au renforcement de la réglementation.

“Le problème des banques d‘investissement européennes est le manque d‘envergure, pas la qualité des banques. Elle ne sont pas rentables parce qu‘elles sont trop petites”, a-t-il dit à Reuters.

La fragmentation des marchés de capitaux européens fait que les fusions intra-européennes ne pourront pas fonctionner et que les banques doivent regarder au-delà des frontières de l‘Europe.

“Vous pourriez éventuellement fusionner une ou deux grandes banques, les autres devront être liquidées”, a estimé Erik VinKe.

“Les Etats-Unis sont l‘une des destinations, la Chine est l‘autre. Les banques d‘investissement européennes devraient fusionner avec leurs homologues dans ces pays pour créer quelque chose de viable. Cela créerait énormément de valeur pour les actionnaires.”

Knight Vinke a tenté sans succès de convaincre UBS de scinder ses activités de gestion privée et de banque d‘investissement en 2013. Le fonds a soldé sa position dans la banque suisse il y a un an mais Knight a dit en février qu‘il pourrait être tenté de réinvestir.

Il reste particulièrement intéressé par UBS et Credit Suisse et prévoit des changements dès l‘année prochaine si une nouvelle crise devait éclater avec la montée des risques dans le système économique.

Depuis la crise, les banques européennes ont supprimé des milliers d‘emplois et fermé des lignes de métiers entières dans l‘espoir de rester compétitives. Elles demeurent à la traîne de leurs concurrentes américaines dans l‘adaptation à un environnement de bas taux d‘intérêt, de croissance atone et de durcissement de l‘environnement réglementaire.

Credit Suisse a annoncé mercredi son intention de réduire ses coûts de plus d‘un milliard de francs suisses (924 millions d‘euros) supplémentaires et a revu en baisse ses objectifs de profits

Le principal fonds de Knight Vinke affiche une performance de 50% depuis le début de l‘année, grâce notamment à sa participation dans Darty qui a été racheté par la Fnac .

Knight investit dans tous les secteurs en Europe ainsi que dans les banques, avec une prédilection pour la Suisse, l‘Allemagne et les pays scandinaves. “Je me concentre sur les pays qui survivraient à un éclatement de la zone euro”, a-t-il dit.

Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below