5 décembre 2016 / 15:17 / il y a 9 mois

Weidmann s'inquiète d'un ralentissement des réformes en Italie

FRANCFORT, 5 décembre (Reuters) - Le rejet du référendum constitutionnel par les électeurs italiens qui a abouti à la démission du président du Conseil Matteo Renzi “n‘est pas la fin du monde” mais un ralentissement du rythme des réformes économiques en Italie est à redouter, a dit lundi le président de la Bundesbank.

“Il est à craindre que l‘activité réformatrice en Italie ralentisse à nouveau”, a prévenu Jens Weidmann, qui est également membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, dont le comité de politique monétaire se réunit cette semaine.

“Un ‘non’ n‘est certainement pas la fin du monde... mais il est désormais encore plus important que les responsables de la politique économique en Italie envoient des messages convaincants sur leur détermination à traiter les problèmes économiques à la racine.” (Francesco Canepa, Marc Joanny pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below