5 décembre 2016 / 09:42 / il y a 9 mois

La BCE n'a pas acheté d'obligations italiennes à ce stade -courtiers

MILAN, 5 décembre (Reuters) - A ce stade de la journée, la Banque centrale européenne (BCE) n'a pas allée sur le marché obligataire pour acheter des obligations souveraines italiennes après la démission du président du Conseil Matteo Renzi dans la foulée de sa défaite cinglante au référendum sur la réforme constitutionnelle organisé dimanche.

Cette décision de Matteo Renzi, qui avait été fortement redoutée par les investisseurs en raison des incertitudes politiques qu'elle crée dans la troisième économie de la zone euro, n'a d'ailleurs pas eu l'impact négatif escompté puisque les Bourses européennes, y compris celle de Milan, sont bien orientées et que l'euro ne perd que 0,2% face au dollar.

Sur le marché obligataire, le rendement des obligations souveraines italiennes à 10 ans n'augmente plus que de neuf points de base, à 1,99%, vers 09h35 GMT après une hausse de 15 points avant l'ouverture des Bourses.

"Etonnamment, il n'y a pas eu de réaction violente sur le marché en défit du fait que la BCE n'est pas intervenue à ce stade", a dit un courtier.

Un autre trader a confirmé qu'aucune opération de la BCE n'avait été décelée. "On n'a pas vu la BCE acheter du papier à ce stade. Le marché tient sur ses deux jambes", a-t-il dit. (Giulio Piovaccari et Elvira Pollina, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below