17 mai 2016 / 04:04 / il y a 2 ans

RPT-Apple et l'énergie ont stimulé Wall Street

* Gain de 1,00% pour le Dow et de 0,98% pour le S&P-500

* Gain de 1,22% pour le Nasdaq Composite (Répétition sans changement d‘une dépêche transmise lundi soir)

par Tanya Agrawal et Lewis Krauskopf

NEW YORK, 17 mai (Reuters) - Wall Street a terminé en nette hausse la première séance de la semaine, avec les trois grands indices gagnant 1% ou plus, dopée par la progression de l‘action Apple et par les valeurs de l‘énergie soutenues elles-mêmes par une belle progression des cours pétroliers.

Berkshire Hathaway, la holding de l‘investisseur Warren Buffett, a annoncé lundi être entrée au capital d‘Apple , pariant apparemment sur un rebond du cours de l‘action, en net recul depuis l‘annonce fin avril de la première baisse des ventes de l‘iPhone.

Apple termine sur un gain de 3,7% à 93,88 dollars.

Le brut a gagné plus de 2% à son niveau le plus haut en six mois après que Goldman Sachs, l‘un des investisseurs les plus pessimistes ces derniers mois sur les perspectives d‘évolution des cours pétroliers, eut relevé lundi ses prévisions à court terme en expliquant que le marché mondial était de nouveau déficitaire à cause des perturbations de la production du Nigeria et du Canada.

L‘indice Dow Jones a gagné 175,39 points (1,00%) à 17.710,71 points. Le S&P-500, plus large, a pris 20,05 points (0,98%) à 2.066,66. Le Nasdaq Composite a progressé de 57,78 points (1,22%) à 4.775,46.

Les dix grands indices sectoriels de l‘indice S&P-500 ont tous terminé en hausse, avec le gain le plus important (+1,61%) pour les ressources naturelles, suivi par l‘énergie qui progresse de 1,58%.

“Le brut revenant dans la zone des 40 dollars, une partie de la pression baissière associée au marché de l‘énergie s‘est détendue aux cours actuels, ou au moins elle est tenue au large, et les répercussions sont pareillement tenues éloignées”, dit Jason Pride (Glenmede Investment and Wealth Management).

Le regain de vigueur de l‘or noir intervient bien que le dollar ait progressé contre le yen, le Japon, qui doit héberger une réunion du G7 dans le courant de la semaine, ayant une fois de plus fait part de son intention d‘intervenir sur le marché pour affaiblir sa monnaie si nécessaire.

Cela étant, le dollar a légèrement fléchi contre une panier de devises après un indice Empire State plus faible que prévu.

Wall Street avait fini en baisse vendredi, des résultats trimestriels moroses de la part de distributeurs l‘ayant emporté sur d‘avantageuses ventes au détail en avril et le Dow ainsi que le S&P-500 avaient inscrit une troisième semaine dans le rouge d‘affilée.

La distribution est à nouveau sur le devant de la scène cette semaine avec la publication des comptes de Wal-Mart , Home Depot et Target.

L‘indice S&P a gagné 14% environ depuis son creux de février mais son rally a tourné court ces dernières semaines en raison de résultats de sociétés décevants et de statistiques mitigées.

Aux valeurs, Pfizer a annoncé lundi le rachat pour 5,2 milliards de dollars de son compatriote Anacor Pharmaceuticals, fabricant entre autres d‘un gel non stéroïdien contre l‘eczéma.

Pfizer gagne 0,57% et Anacor bondit de 57,2%, permettant à l‘indice des biotechs du Nasdaq de progresser de 3%.

Gannett a relevé lundi son OPA sur Tribune Publishing à 15 dollars par action contre 12,25 dollars auparavant, valorisant l‘éditeur du Chicago Tribune et du Los Angeles Times à environ 864 millions de dollars.

Gannett avance de 2,2% et Tribune flambe de 22,8%.

Le pétrolier et gazier Range Resources a annoncé lundi le rachat de son concurrent Memorial Resource Development pour environ 3,3 milliards de dollars, passif inclus.

Range cède 10,3% et Memorial avance de 3,0%.

Le volume a été de quelque 6,5 milliards de titres échangés, en deçà de la moyenne quotidienne de 7,2 milliards des 20 dernières séances, selon des données de Thomson Reuters.

On compte sur le Nyse 2.318 hausses contre 699 baisses et sur le Nasdaq 1.990 hausses pour 844 baisses.

La hausse de Wall Street et du pétrole a provoqué une hausse à un pic de deux semaines des rendements des Treasuries aux échéance de deux à sept ans. (Avec Gertrude Chavez-Dreyfuss et Dion Rabouin, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below