6 avril 2016 / 20:34 / il y a un an

LEAD 2-Wall Street finit en hausse avec la santé et le pétrole

* Le Dow a gagné 0,64%, le S&P-500 1,05% et le Nasdaq 1,59%

* L‘échec de la fusion Pfizer-Allergan porte la santé

* Les “minutes” de la Fed n‘ont guère d‘effet (Actualisé avec changes et marché obligataire)

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK, 6 avril (Reuters) - La Bourse de New York a rebondi mercredi dans le sillage du secteur de la santé, porté par l‘abandon du projet de fusion entre Pfizer et Allergan, et de la forte hausse des cours du pétrole.

Après deux séances de baisse, l‘indice Dow Jones a gagné 112,73 points, soit 0,64%, à 17.716,05. Le Standard & Poor’s 500, plus large et principale référence de nombreux investisseurs, a progressé de 21,49 points (+1,05%) à 2.066,66 et le Nasdaq Composite a pris 76,78 points (+1,59%) à 4.920,72.

La publication du compte-rendu de la dernière réunion du comité de politique monétaire (FOMC) de la Réserve fédérale n‘a guère ému les investisseurs. Les indices ont légèrement flanché après la parution de ces “minutes” avant de retrouver leurs niveaux antérieurs, puis de les dépasser.

Les responsables de la Fed ont débattu mi-mars de l‘opportunité d‘un relèvement des taux ce mois-ci mais un consensus a émergé sur le fait que les risques émanant du ralentissement de l‘économie mondiale nécessitaient pour l‘instant une approche prudente, montrent ces “minutes”.

Fin mars, la présidente de la Fed, Janet Yellen, avait elle-même insisté sur cette notion de prudence dans le resserrement monétaire aux Etats-Unis

“Les minutes ont une tonalité un peu plus faucon que celle de Yellen après la réunion du FOMC mais il fallait s‘y attendre”, a réagi Scott Smith, analyste de marché chez Cambridge Global Payments à Toronto.

Le dollar a encore faibli, touchant un plus bas depuis octobre 2014 face à la monnaie japonaise à 109,31 yens. L‘indice dollar face à un panier de devises de référence a lui aussi reculé, de 0,13% à 94,5110.

Le rendement à 10 ans des bons du Trésor américain a pour sa part atteint un plus haut de séance après les “minutes” de la Fed, à 1,774% avant de revenir vers 1,76%.

Su le marché actions, les valeurs de l‘énergie ont fini en hausse de 2,1%. Les cours du pétrole sont fortement remontés, le brut léger américain reprenant plus de 5%, après l‘annonce d‘une baisse inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis.

Outre la hausse des cours, la compagnie parapétrolière Baker Hughes a profité de la procédure lancée par le département américain de la Justice contre son rachat par sa concurrente Halliburton. Baker Hughes a gagné 8,82% à 42,83 dollars, plus forte hausse du S&P-500, et Halliburton a pris 5,93% à 36,44 dollars, les analystes estimant que les deux entreprises fonctionneraient aussi bien en restant indépendantes.

LES BIOTECHS TIRENT PROFIT DE L‘ÉCHEC PFIZER-ALLERGAN

Dans le secteur de la santé (+2,65%), plus forte hausse sectorielle du jour, c‘est une fusion cette fois définitivement enterrée qui a fait grimper les cours.

Le titre Pfizer, qui a pris 5,01% à 32,93 dollars, a ainsi été le principal contributeur à la hausse du S&P-500 après l‘officialisation de l‘abandon du rachat d‘Allergan, une opération de 160 milliards de dollars (140 milliards d‘euros) qui devait donner naissance au premier groupe pharmaceutique mondial. Allergan avancé de 3,46% à 244,74 dollars.

Les deux laboratoires ont renoncé à leur mariage après l‘annonce par le Trésor américain de nouvelles dispositions sur les opérations d‘inversion fiscale, un mécanisme par lequel des entreprises américaines délocalisent leur siège social dans un pays à taux d‘imposition plus bas en achetant une société basée à l‘étranger, comme tentait de le faire Pfizer avec Allergan.

Le titre Pfizer a été de loin l‘action la plus échangée sur la séance à la Bourse de New York.

L‘abandon de cette fusion a profité par ricochet aux valeurs des biotechnologies, un secteur malmené depuis des mois dont l‘indice sur le Nasdaq a grimpé de 5,95% mercredi. Même avec ce rebond, le secteur chute toujours de plus de 15% depuis le début de l‘année et de près de 30% depuis juillet.

Maintenant que les fiançailles entre Pfizer et Allergan sont rompues, les investisseurs s‘attendent à voir ces deux mastodontes tourner à nouveau leur attention vers des proies plus petites.

“(Pfizer et Allergan) ont été des acheteurs en série dans le secteur de la santé et tous deux ont une importante puissance de feu financière”, dit Hartaj Singh, analyste chez BTIG. “Avec des valorisations en baisse depuis mi-2015 sur les biotechs, le secteur paraît plus appétissant pour les acheteurs.” (Bertrand Boucey pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below