14 septembre 2015 / 11:47 / il y a 2 ans

LEAD 2-La Hongrie bloque l'accès aux migrants venant de Serbie

(Avec nouvelles déclarations d'Orban, précisions)

par Ivana Sekularac et Krisztina Than

FRONTIÈRE SERBO-HONGROISE, 14 septembre (Reuters) - La Hongrie a fermé lundi l'un des principaux points de passage utilisés par les migrants pour passer de Serbie en territoire hongrois, à quelques heures de l'entrée en vigueur de nouvelles règles restreignant le franchissement de sa frontière.

Plusieurs dizaines de policiers casqués, certains à cheval, ont pris position pour barrer cette voie ferrée empruntée depuis des semaines par les migrants, principalement des réfugiés syriens, cherchant à entrer dans l'Union européenne.

Ces derniers ont été redirigés un kilomètre plus loin vers un point de passage officiel, où des centaines d'entre eux ont commencé à faire la queue. Quelques-uns ont été autorisés par la police à entrer en Hongrie par petits groupes.

Le Premier ministre Viktor Orban a averti que de nombreuses demandes d'asile seraient rejetées quand les nouvelles règles sur l'immigration, votées en urgence il y a dix jours, prendront effet à partir de lundi minuit.

"Nous demanderons aux réfugiés s'ils ont déposé une demande d'asile en Serbie", a-t-il déclaré dans une interview à la chaîne privée TV2 qui en a diffusé des extraits sur son site internet. "S'ils ne l'ont pas fait, étant donné que le gouvernement hongrois considère la Serbie comme un pays sûr, nous rejetterons leurs demandes."

Ceux dont la demande d'asile aura été acceptée seront transférés par autocar dans des centres d'accueil répartis sur le territoire. Ceux qui refuseront de coopérer seront retenus à la frontière. Ceux qui rentreront illégalement seront passibles de prison, prévoit la nouvelle législation.

Prié de dire s'il craignait des incidents à la frontière sud après la fermeture, le chef du Fidesz (droite) a répondu: "On ne sait pas ce qui va se produire. Nous sommes préparés pour des situations à la fois simples et compliquées."

AGIR AVEC "HUMANITÉ ET INTRANSIGEANCE"

Dans la matinée, Viktor Orban avait installé dans leurs fonctions 868 policiers chargés de renforcer les unités déployées à la frontière avec la Serbie.

"Vous serez confrontés à des gens qui ont été trompés. Vous serez confrontés à de la colère et à des agressions", a-t-il poursuivi, leur demandant d'agir avec humanité mais de faire appliquer la loi "avec intransigeance".

L'espace aérien a été fermé sur une bande de 20 km le long des 175 km de frontière avec la Serbie afin de garantir que la police, l'armée et les services médicaux pourront l'utiliser sans entrave, a déclaré l'autorité de l'aviation civile.

La police a également annoncé un renforcement temporaire des contrôles dans tout le pays. Le dispositif permettant des vérifications d'identité et des fouilles de véhicules vise à maintenir l'ordre public et lutter contre la criminalité. Il sera en vigueur jusqu'au 30 septembre.

Depuis le début de l'année, 191.702 personnes ont été interpellées après être entrés illégalement sur le territoire hongrois, selon Budapest. Dans la seule journée de lundi, un record de 7.437 personnes a été enregistré.

Pour les migrants et réfugiés, la Hongrie est, avec l'Italie et la Grèce, l'un des trois principaux pays d'accès à l'espace européen.

Viktor Orban a déclaré que la crise migratoire pourrait coûter 200 millions d'euros à la Hongrie. Le ministre de l'Economie Mihaly Varga a déclaré que le pays pourrait amender son budget 2015. (Gergely Szakacs et Sandor Peto; Henri-Pierre André et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below