14 avril 2015 / 22:39 / il y a 3 ans

LEAD 1-L'UE va formellement mettre en cause Google -presse

(Actualisé avec précisions et contexte)

par Julia Fioretti

BRUXELLES, 14 avril (Reuters) - La Commission européenne va mettre en cause Google pour abus de position dominante dans la recherche sur internet en Europe, une démarche qui pourrait déboucher pour le géant américain sur une amende de 6,6 milliards de dollars (6,2 milliards d‘euros), rapportent le Financial Times et Dow Jones.

La nouvelle commissaire à la Concurrence Margrethe Vestager annoncera mercredi que Google recevra bientôt sa communication des griefs formulant ses reproches sur les pratiques du moteur de recherche qu‘elle juge anticoncurrentielles, indique le FT.

Un porte-parole de la Commission a refusé de commenter ces informations.

Margrethe Vestager, qui doit s‘envoler pour les Etats-Unis mercredi après-midi, fera une déclaration après la réunion hebdomadaire des 28 commissaires prévue dans la matinée, précise le quotidien financier américain.

Elle a pris la décision de procéder à ces accusations avec la président de la Commission Jean-Claude Juncker et en informera ses collègues mercredi, selon le Wall Street Journal.

Google n‘était pas immédiatement disponible pour commenter.

Deux sources proches du dossier ont précisé mardi soir à Reuters que le document formel de communication des griefs des autorités antitrust européennes ne serait pas prêt mercredi et qu‘il pourrait falloir encore plusieurs mois pour le préparer.

Le commissaire européen au numérique, Günther Oettinger, avait déclaré lundi s‘attendre à ce que l‘exécutif européen publie dans les prochains jours les conclusions de l‘enquête.

Google, premier moteur de recherche sur internet au monde, est la cible depuis cinq ans d‘investigations des services antitrust de l‘Union européenne.

A la suite d‘une dizaine de plaintes, le précédent commissaire à la Concurrence Joaquin Almunia avait ouvert une enquête en 2010 et estimé dans un premier temps que Google avait pu nuire à la concurrence en favorisant ses propres produits et services dans les recherches sur internet et en privant ses annonceurs de la possibilité de transférer leurs campagnes publicitaires sur des plates-formes rivales.

Depuis, Google a soumis trois propositions de règlement, la dernière il y a un peu plus d‘un an. Joaquin Almunia semblait vouloir l‘accepter mais a changé d‘avis six mois plus tard, laissant au bout du compte la décision à son successeur. (Avec Foo Yun Chee Juliette Rouillon pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below