December 3, 2012 / 7:04 PM / 7 years ago

Grèce-Merkel-Ne pas agiter l'idée d'une nouvelle dépréciation

BERLIN, 3 décembre (Reuters) - Angela Merkel a dit lundi qu’il était important de ne pas promettre actuellement une nouvelle dépréciation de la dette grecque car cela saperait la volonté de réforme d’Athènes.

Dans un entretien au Bild am Sonntag, la chancelière allemande n’excluait cependant pas un effacement à terme d’une partie de la dette publique grecque. (voir )

L’Eurogroupe et le FMI ont approuvé la semaine dernière un ensemble de mesures pour ramener la dette grecque à 124% du produit intérieur à l’horizon 2020. ( )

Berlin insiste sur le fait qu’une dépréciation de la dette grecque détenue par les Etats de la zone euro serait illicite. Toutefois, le ministre des Finances Wolfgang Schäuble a laissé entendre récemment qu’une sorte de “décote” sur les créances souveraines pourrait s’avérer nécessaire en définitive.

“Je pense qu’il est très important que nous n’agitions pas la possibilité d’une décote de la dette actuellement car tous les efforts en oeuvre se déliteraient instantanément”, a dit Angela Merkel à l’ARD. “Il est aujourd’hui très important que la Grèce poursuive la voie de la réforme même si c’est très, très ardu”.

La perspective d’un grosse décote de la dette grecque due aux Etats est un pari politiquement risqué pour Angela Merkel à moins d’un an des élections législatives de septembre 2013.

Sarah Marsh, Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below