June 20, 2012 / 7:28 AM / 7 years ago

L'Italie voudrait voir le FESF et le MES acheter sa dette

LOS CABOS, Mexique, 20 juin (Reuters) - L’Italie a exprimé lors du sommet du G20 son souhait de voir les fonds de sauvetage de la zone euro acheter de la dette des pays européens les plus en difficulté, une proposition qui doit être discutée lors d’une réunion des dirigeants européens vendredi à Rome.

La proposition de l’Italie prévoit d’utiliser les fonds de sauvetage mis en place par l’Union européenne - le Fonds européen de stabilité financière (FESF) et le futur Mécanisme européen de stabilité (MES) - pour acheter de la dette souveraine de pays comme l’Espagne et l’Italie sur le marché secondaire et aider ainsi à faire baisser les rendements obligataires et les coûts d’emprunt de ces pays.

Les deux fonds ont la possibilité d’acheter de la dette souveraine, mais jusqu’à présent seule la Banque centrale européenne (BCE) a effectivement procédé à des rachats de dette des pays les plus en difficulté de la zone euro, à hauteur de 210 milliards d’euros depuis mai 2010.

“L’idée est de stabiliser les coûts d’emprunt, en particulier pour les pays qui se conforment à leurs objectifs de réforme, et cela devrait être clairement séparé de l’idée d’un renflouement”, a déclaré le président du Conseil italien Mario Monti lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion du sommet du G20 de Los Cabos, au Mexique.

François Hollande a précisé de son côté qu’aucune décision n’avait été prise sur l’utilisation des fonds pour acheter de la dette souveraine, mais que l’idée valait la peine d’être explorée et serait discutée lors d’une réunion qu’il tiendrait vendredi avec Mario Monti, la chancelière allemande Angela Merkel et le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.

“Il n’est pas acceptable que des pays qui font des efforts comme l’Italie, qui redressent leurs comptes publics, aient des taux d’intérêt au dessus de 7%”, avait plus tôt déclaré le président français, appelant l’Europe à prendre de vitesse la spéculation sur les marchés financiers. (voir )

Le rendement de la dette espagnole à dix ans se détendait mercredi sur le marché secondaire, retombant sous le seuil jugé critique de 7%, tandis que celui de la dette italienne de même échéance reculait autour de 5,85%, s’éloignant du seuil de 6%.

Angela Merkel avait souligné par le passé que les fonds de sauvetage européens pouvaient être utilisés pour acheter des obligations souveraines, mais cette proposition reste impopulaire en Allemagne et nécessiterait l’accord des autres Etats membres de la zone euro.

Lundi, le ministre italien chargé des Affaires européennes, Enzo Moavero, a indiqué que ce projet serait également discuté lors d’une réunion des ministres des Finances européens à Luxembourg les 21 et 22 juin.

Le FESF, doté de 440 milliards d’euros, et le MES, qui entrera en vigueur le mois prochain avec 500 milliards d’euros, ont tous deux la faculté d’acheter de la dette souveraine, mais cela ne peut se produire qu’à la demande du pays concerné et implique que celui-ci fasse l’objet d’un plan de sauvetage.

Noah Martin et Luke Baker, Blandine Hénault pour le service français, édité par Natalie Huet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below